Pacte de Marrakech, entre crispations, frustrations et fake news

Pacte de Marrakech, entre crispations, frustrations et fake news

Simple étape avant une ratification, le 19 décembre, l’adoption du Pacte de Marrakech, 
les 10 et 11 décembre, a fait grand bruit tout au long de l’automne. Loin de son ambition initiale d’encadrer les migrations et lui donner un visage différent, le texte cristallise les difficultés des politiques globales à manœuvrer sur la question. Entre contexte marqué par le repli souverainiste et caractère périlleux du défi migratoire, parcours d’un document polémique.

Par

Les chefs d’Etat africains venus en nombre se sont félicités de la signature du Pacte. Alors que, pour leur part, des ONG estiment que l’Afrique est lésée. Crédit: YASSINE TOUMI/TELQUEL

Comme un bruit de fond qui monte en cette fin de journée. Ils sont plus d’une cinquantaine, membres de diverses associations des droits de l’homme, regroupés sur la place faisant face au bâtiment de la Poste de Marrakech. Une nuée bruyante et colorée qui vient agrémenter l’harmonie ocre du moderne quartier de Guéliz. “Non aux centres de rétention”, “Liberté, dignité, justice sociale, égalité effective”, “Non au pacte de Marrakech”, autant de slogans et de messages flanqués sur les bannières, attirant irrémédiablement l’attention des badauds. Tous sont venus dénoncer le – devenu controversé – Pacte mondial de la migration, dont l’adoption a eu lieu plus tôt dans la matinée du 10 décembre.

Nous pensons que ce Pacte a été conçu par et pour les États, et non pour les peuples du monde entier”, détaille Baldé Amadou Sadio, coordinateur de la Plateforme des associations de la communauté subsaharienne au Maroc. Cet imposant associatif guinéen pointe le manque de consultation des Nations Unies auprès des différents acteurs de la société civile, lors de l’élaboration de ce document. S’il “le dénonce, sans le...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Maan, la promesse de faire de la politique ensemble

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.