Bouachrine condamné à une amende de 1,4 million de dirhams – Telquel.ma

Bouachrine condamné à une amende de 1,4 million de dirhams

La chambre d'appel a triplé le montant du dédommagement initialement prononcé par le tribunal de première instance contre le fondateur d'Akhbar Al Yaoum dans l'affaire du "Fonds de développement rural".

Par

Taoufik Bouachrine Crédit: Rachid Tniouni / TelQuel

L’étau se resserre autour de Taoufik Bouachrine. L’ex-directeur de publication d’Akhbar Al Yaoum – condamné en novembre dernier à 12 ans de prison ferme et à 1,7 millions de dirhams de dédommagements pour des actes de « violences sexuelles » et de « traite d’être humains » envers une dizaine de ses ex-employées – a été condamné, le 5 décembre, à verser 1,4 million de dirhams au ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, et à l’ex-ministre des Finances, Mohamed Boussaïd, pour « diffamation ». La peine a été prononcée par la Chambre d’appel du tribunal de première instance de Casablanca.

En première instance, Taoufik Bouachrine avait été condamné à payer 450.000 dirhams d’indemnisation au profit des deux plaignants (200.000 dirhams à Boussaïd et 250.0000 dirhams à Akhannouch), soit trois fois moins que le montant prononcé en appel. Le fondateur d’Akhbar Al Yaoum était poursuivi depuis 2015 pour avoir accusé dans un article Aziz Akhannouch et Mohamed Boussaïd – limogé en août – d’avoir modifié un article de la loi des finances 2016 permettant au ministre de l’Agriculture de prendre le contrôle du Fonds de développement rural, aux dépens du Chef du gouvernement de l’époque, Abdelilah Benkirane.

Le quotidien, dans son édition du vendredi 7 décembre, rappelle que le verdict rendu mercredi a été prononcé en absence de Taoufik Bouachrine, incarcéré à la prison locale d’Aïn Borja, puisque la Cour a refusé de « le convoquer à la barre », l’empêchant ainsi de « se défendre ». Contacté par l’AFP, Younes Maskine, qui remplace Bouachrine à la tête du journal depuis son arrestation en février, affirme que cette nouvelle décision de la justice est « une étape supplémentaire dans le processus visant à faire taire à jamais Akhbar al-Yaoum« .

article suivant

Une enquête parlementaire pour déterminer les "vrais responsables" des retards des projets d'Al Hoceima ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.