Guide: la forme de Salé

Dans un Beau-livre qui croise archives et dictionnaire amoureux, l’historienne Rita Aouad invite à une promenade dans l’histoire de la cité corsaire.

Par

Salé, en carte postale, 1917, collection particulière.

Celui qui entre dans Salé est heureux ; celui qui y décède a son salut ; ses ressources viennent de loin ; celui qui l’affronte meurt par le fer”, dit le proverbe. Ouverte et secrète, aussi décrite que rêvée, farouchement indépendante, seule ville côtière à avoir échappé à l’occupation espagnole et portugaise, Salé a sa langue, ses rituels, son histoire. C’est cette ville, une des plus anciennes du Maroc et “aujourd’hui une des plus méconnues”, que Rita Aouad invite à redécouvrir.

Salé, un parcours amoureux, Rita Aouad, Bouillon de Culture, 244 p., 820 DH
Docteure en histoire, spécialiste des relations entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne et professeure d’histoire géographie, elle se penche sur la cité dont vient sa famille. Elle retrace d’abord son apparition et son développement à travers les cartes, les plans et les gravures glanées dans les bibliothèques. Elle en décline ensuite les caractéristiques principales dans…

article suivant

Editorial Qitab : Résistons par la lecture