Mohammed VI et Macron à bord du TGV Al Boraq pour un voyage inaugural

Mohammed VI et Macron à bord du TGV Al Boraq pour un voyage inaugural

Le roi Mohammed VI et le président de la République française Emmanuel Macron ont inauguré, le 15 novembre à Tanger, le train à grande vitesse (TGV) Al Boraq qui effectuera le trajet Tanger-Casablanca. Les deux chefs d'Etats sont montés à bord du train pour un voyage inaugural qui les mènera jusqu'à la gare de Rabat-Agdal.

Par

AFP

Lancé en 2007 par le roi Mohammed VI, et l’ex-président français Nicolas Sarkozy, visité en 2015 par son successeur François Hollande et inauguré le 15 novembre en présence de l’actuel chef de l’Etat français Emmanuel Macron, ce chantier colossal a été mené dans une région soumise à des risques sismiques, dans des zones parfois marécageuses et soumises à de forts vents.

Les travaux ont représenté 67 millions de m3 de remblais et de déblais, avec la construction de 12 viaducs – le plus long est de 3,5 km -, 169 pont-routes ou pont-rails et 117 ouvrages hydrauliques.

Le calendrier initial qui prévoyait une livraison en 2015 a été retardé par le processus d’expropriation foncière et par la complexité du projet porté par un partenariat franco-marocain.

La LGV court sur environ 350 km, les trains circuleront à 320 km/heure sur une distance de 180 km à partir de Tanger jusqu’à Kénitra, au nord de Rabat, puis à 160 km/h sur le réseau conventionnel aménagé. Le groupe français Alstom a fourni 12 rames à deux niveaux d’une capacité de 533 passagers.

Environ 23 milliards de dirhams (environ deux milliards d’euros), soit environ 15% de plus que les estimations initiales. Ce coût reste « parmi les plus bas au monde » en raison du prix de la main-d’oeuvre locale, avec un prix de revient inférieur à 9 millions d’euros le km, pour un standard européen de 15 à 20 millions d’euros.

Le montant de l’investissement a suscité des critiques depuis le lancement du projet, les usagers se plaignant régulièrement de l’état du réseau et des retards de train, deux points épinglés dans le dernier rapport de la cour de compte marocaine.

Le chantier a été financé à 51% par la France via différents prêts, 28% par l’Etat marocain et à 21% par différents fonds arabes (Arabie saoudite, Koweït, Émirats arabes unis, etc.).

Les premiers billets doivent être mis en vente dès jeudi soir, les premiers trains circuleront au plus tôt d’ici la fin du mois, avec une fréquence de douze à quinze liaisons quotidiennes. L’ONCF table sur six millions de passagers après trois ans d’exploitation.

Des travaux ont aussi été menés sur le réseau classique pour réduire le temps de trajet entre Casablanca et Marrakech et pour développer le trafic de fret, source importante de revenus pour l’ONCF.

La nouvelle ligne à grande vitesse a été baptisée par le roi « Al Boraq », du nom d’une fantastique monture ailée issue de la tradition islamique, symboliquement choisie pour évoquer « la rapidité et le voyage ». Mohammed VI et Emmanuel Macron ont dévoilé le logo du train avant de monter dedans, en direction de Rabat.

à lire aussi

article suivant

Après le sacre des Fennecs, Algériens et Marocains en communion à la frontière

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.