Criminalité: L'année 2018 vue par le ministère de l'Intérieur

Trois quarts des crimes et délits commis au Maroc durant les huit premiers mois de l'année 2018 l'ont été en zone urbaine.  Sur la même période 89% des crimes et délits ont été résolus. 

Par

De gauche à droite, Abdelouafi Laftit, ministre de l'Intérieur, Abdellatif Hammouchi, directeur de la DGSN et Mohamed Aujjar, ministre de la Justice. Crédit: DGSN

Le ministre de l’Intérieur était le 7 novembre devant la Commission de l’Intérieur au parlement pour présenter le budget dévolu à son département dans le cadre du projet de loi de finances 2019. C’est dans le cadre de cette présentation, que Abdelouafi Laftit a dévoilé les statistiques sur la criminalité au Maroc durant l’année 2018.

Il ressort de cette présentation que la criminalité reste un phénomène essentiellement urbain. Selon les chiffres de l’Intérieur, que TelQuel.ma a pu consulter, 75% des crimes et délits recensés lors des huit premiers mois de l’année au Maroc l’ont été en milieu urbain. .

Au total, et sur la même période, les services de sécurité ont arrêté et déféré devant la justice 434.505 individus dont 18.207 mineurs et ce dans le cadre de 531.169 affaires. Quant au taux de résolution (enquêtes ayant abouti), il se situe autour de 89%. Le ministère de l’Intérieur affirme que, par rapport aux standards internationaux, le Maroc reste un pays « sûr ».

à lire aussi

Quadriller le territoire

Selon le département d’Abdelouafi Laftit, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) continuera à construire de nouveaux sièges pour commissariats et arrondissements dans le cadre de sa politique de proximité. Ainsi, en 2018, la DGSN a ouvert 23 districts et 16 arrondissements pour un budget global de 255 millions de dirhams.

Pour s’équiper (matériels, habits, consommables de laboratoires, acquisition de chiens et chevaux…) la DGSN a déboursé près de 248 millions de dirhams alors que son parc automobile a absorbé près de 118 millions de dirhams, la priorité ayant été donnée aux véhicules d’intervention.

 

article suivant

Chronique d’un confinement. Jour 23