Younès Mjahed : "Dans la presse aussi, il faut en finir avec l'informel"

Younès Mjahed a été élu à la tête du Conseil national de la presse le 5 octobre. Crédit: Tniouni

Smyet bak ? Ahmed Ben Ahmed Mjahed. Smyet mok ? Fatima Bent Mohamed. Nimirou d’la carte ? L 172328. Nimirou d’la carte de presse ? 644. L’élection du Conseil de la presse s’est accompagnée d’une véritable “guerre civile”. Pourquoi ? Vous voulez dire des “guerres civiles” ! En fin de compte, c’est quelque chose de normal, comme dans tous les processus électoraux où il y a des querelles et des polémiques. C’est dommage aussi car on tablait sur un débat raffiné et serein. Comment se porte-t-on candidat à un conseil où on est censés être des “sages” qui sont là pour défendre la déontologie, alors qu’on n’est soi-même pas irréprochable ? Et là, c’est l’armistice ? De notre côté, à savoir au sein de la liste du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM), nous ne nous considérions pas en guerre. D’ailleurs, quand nous avons commencé notre campagne, nous avons reçu une avalanche de soutiens. Ça fait chaud au cœur d’entendre les confrères dire qu’ils avaient besoin de références et de candidats auxquels on peut demander des comptes. Le plus important est ce…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés

Rejoignez la communauté TelQuel
Vous devez être enregistré pour commenter. Si vous avez un compte, identifiez-vous

Si vous n'avez pas de compte, cliquez ici pour le créer