Pour Daoudi, la baisse des prix à la pompe est "dérisoire"

Attendue depuis trois mois, la promulgation d’un décret fixant les prix des carburants à la pompe n’a toujours pas eu lieu. Une situation qui, selon le ministre de tutelle Lahcen Daoudi, s’explique par « un manque de stabilité ne permettant pas d’avoir une vision claire sur la question ».

Par

AFP

Que pense Lahcen Daoudi, ministre des Affaires générales et de la gouvernance, de la baisse du prix à la pompe ? « On ne peut pas dire aux Marocains qu’on a baissé de 50 ou 70 centimes le prix du litre des carburants vendus à la pompe. C’est une baisse dérisoire. À mon sens, soit on baisse vraiment les prix soit on perpétue la situation actuelle » a-t-il affirmé sans ambages à Telquel Arabi.

Au mois de juin dernier, le ministre s’était pourtant engagé à promulguer une circulaire visant à fixer un seuil  pour les prix à la pompe. Devant faire l’objet d’un accord au sein de l’Exécutif, le texte n’a toujours pas vu le jour en raison d’ « un manque de stabilité ne permettant pas d’avoir une vision claire sur la question » affirme Lahcen Daoudi sans toutefois donner plus de détails.  L’engagement du gouvernement coïncidait alors avec l’examen, par le parlement, du rapport de la mission d’information sur les carburants.

Un document qui, avant sa présentation devant l’hémicycle,  avait été expurgé de certaines conclusions importantes parmi lesquelles les informations relatives aux marges supplémentaires engrangés par les pétroliers marocains depuis l’entrée en vigueur de la libéralisation des prix des hydrocarbures. Au total, 15 milliards de dirhams ont été engrangés par les principales sociétés du secteur.

à lire aussi

article suivant

Rabat Business School (UIR) accueille 19 entreprises dans son “Corporate Advisory Board”