Une ONG espagnole dénonce la mort de 34 migrants au large du Maroc

Selon l’ONG Caminando Fronteras au moins 34 migrants subsahariens, dont deux enfants, sont morts au large des côtes marocaines. Portée disparue depuis dimanche l’embarcation transportait au total 60 migrants.

Par

AFP

Un nouveau drame est survenu au large du Maroc. Au moins 34 migrants d’origine subsaharienne, dont deux enfants, sont décédés pendant qu’ils tentaient de rejoindre les côtes espagnoles, a annoncé aujourd’hui la militante espagnole Helena Maleno de l’association Caminando Fronteras. « Il y a eu 34 morts, dont un bébé et un enfant, dans la patera de 60 personnes qui a sombré avant-hier devant le Maroc. Cela faisait 24 heures qu’ils demandaient de l’aide et ils les ont laissés mourir lentement », a dénoncé cette activiste sur son compte Twitter.

L’information a également été confirmée le même jour dans la matinée par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). « Le bateau était à la dérive depuis dimanche avec 60 personnes à son bord. Au moins 34 d’entre elles se sont noyées, il semble qu’il y ait 26 survivants« , a fait savoir à l’agence Reuters Joël Millman, le porte-parole de l’OIM.

Le dimanche 30 septembre, déjà, Helena Maleno relayait un message d’alerte sur son compte Twitter. « Il y a déjà plusieurs morts et nous allons tous mourir si personne ne vient (ndlr, nous secourir) », informait la militante qui avait pu parler à l’un des migrants à bord aux alentours de 5 heures du matin.

Pour la militante basée dans le nord du Maroc et citée par Europa Press « c’est probablement l’été le plus meurtrier (pour les migrants, ndlr) » et à Helena Maleno d’estimer à 200 le nombre de migrants morts noyés pendant leur tentative d’atteindre l’Espagne. « 200 morts évitables« , a-t-elle souligné, considérant que le Maroc et l’Espagne sont les principaux « coupables ». « Le gouvernement espagnol ne fournit aucun effort pour défendre le droit à la vie, si ce n’est pour collaborer avec le Maroc dans les domaines de la militarisation, d la répression et de la criminalisation », a-t-elle ajouté.

Pour rappel, plus de 40.000 migrants ont gagné l’Espagne depuis le début de l’année dont environ 35.000 par voie maritime et près de 5.000 par voie terrestre en passant par Sebta et Melilia, a fait savoir l’OIM en citant les chiffres du ministère de l’Intérieur espagnol. Et plus de 1.700 sont morts ou portés disparus en Méditerranée depuis le début de l’année dont 362 au large des côtes espagnoles, selon l’organisation onusienne.

article suivant

Spécial rentrée littéraire : “La porte du voyage sans retour” de David Diop