Mohammed VI au chevet de la formation professionnelle

Le roi Mohammed VI a présidé le 1er octobre au Palais royal de Rabat, une séance de travail « consacrée à la mise à niveau de l’offre de formation professionnelle », indique un communiqué du cabinet royal.

Par

Mohammed VI préside une séance de travail consacrée à la formation professionnelle, le 1er octobre au Palais royal de Rabat. Crédit: MAP

Cette réunion intervient dans le sillage de la mise en œuvre des priorités et mesures fixées par le Souverain, en particulier lors des Discours du Trône et du 20 Août, » indique le communiqué.

Dans son discours du 20 août dernier à la l’occasion du 65e anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple, Mohammed VI appelait à « revoir en profondeur les spécialités de la Formation professionnelle pour qu’elles répondent aux besoins des entreprises et du secteur public, et qu’elles soient en phase avec les transformations que connaissent les secteurs industriel et professionnel. Ainsi, les lauréats auront plus de chance de s’intégrer professionnellement. »

« Au cours de cette réunion, le Souverain a pris connaissance des premières propositions et mesures à prendre par les départements concernés relatives à la mise en œuvre des Hautes Orientations Royales, » poursuit le communiqué qui liste ces propositions :

-restructuration des filières de la formation professionnelle,

-création d’une nouvelle génération de centres de formation et de qualification des jeunes,

-systématisation du conseil en orientation précoce vers les filières professionnelles,

-développement de la formation par alternance,

-apprentissage des langues,

-et promotion de l’entreprenariat des jeunes dans leurs domaines de compétence.

« Le Souverain a donné Ses Hautes Directives pour le développement de nouvelles formations dans les secteurs et métiers porteurs tout en mettant à niveau les formations dans les métiers dits classiques, qui demeurent les principaux pourvoyeurs d’emplois pour les jeunes, tels que ceux liés aux secteurs de l’industrie, des services, le BTP, l’agriculture, la pêche, l’eau, l’énergie et l’artisanat, » indique le cabinet royal.

Selon la même source, le roi a mis l’accent sur la nécessité d’adopter de nouveaux standards de qualité, notamment dans le secteur de l’hôtellerie et du tourisme pour stimuler ce « secteur stratégique ».

Le roi a également spécifié le secteur de la santé « où il existe un réel potentiel d’emplois ». Il a, enfin, donné ses instructions pour la mise en place de « formations qualifiantes courtes de près de quatre mois, intégrant des modules linguistiques et techniques destinés aux personnes ayant acquis une expérience dans le secteur informel ».

A l’issue de la réunion, le roi a donné un délai de trois semaines pour qu’une commission présidée par le chef du gouvernement soumette un programme de projets et de mesures immédiates qui seront notamment financés par le Fonds Hassan II. Cette même commission devra plancher sur la Rencontre nationale sur l’emploi et la formation prévue avant la fin de l’année, comme annoncée dans les discours de Mohammed VI durant l’été.

Outre les conseillers royaux Omar Azziman et Fouad Ali El Himma, de nombreux membres du gouvernement étaient présents à la réunion : Saad Eddine El Othmani (chef du gouvernement) , Abdelouafi Laftit (Intérieur), Saaïd Amzazi (Éducation nationale), Moulay Hafid Elalamy (Industrie), Abdelkader Amara (Équipement), Anas Doukkali (Santé), Mohamed Sajid, (Tourisme), Mohamed Yatim (Emploi). La nouvelle directrice de l’OFPPT Loubna Tricha était également présente.

Avec MAP

article suivant

Les 10 commandements de la CGEM pour la mise en oeuvre du nouveau modèle de développement