Le Maroc, mauvais élève du développement humain

Le Royaume figure au 123e rang du classement de développement humain publié par le PNUD pour le compte de l’année 2018. Avec un indice de 0,667 sur 1,  le Royaume se situe derrière l’Algérie, la  Libye ou encore l’Iraq.

Par

L'IDH marocain est inférieur à celui de pays comme l’Algérie, la  Libye ou encore l’Iraq. Photo d'illustration Crédit: Yassine Toumi

Le Royaume figure au 123e rang du classement de développement humain publié par le PNUD pour le compte de l’année 2018. Avec un indice de 0,667 sur 1,  le Royaume se situe derrière l’Algérie, la  Libye ou encore l’Iraq.

123e. C’est le classement du Maroc dans le dernier rapport du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) dans son classement du développement humain pour le compte de l’année 2018. Un rang que le Royaume doit à un indice de développement humain (IDH) de 0,667. Une note qui classe le Maroc parmi les pays ayant un « développement humain moyen » derrière l’Algérie voisine (85e), la Libye (108e) ou encore l’Iraq (120e).

Au total,189 pays sont évalués par le PNUD dans le cadre de ce classement prenant en compte plusieurs indices comme l’espérance de vie,  le niveau d’éducation ainsi que le revenu par habitant afin d’établir une note située entre 0 et 1 (0 étant la note la plus basse). L’IDH du Maroc est similaire à celui de l’année 2017  et a évolué de 0,005 point par rapport à 2016.  En 1990, l’IDH du Royaume était de 0,458.

Evolution des différents indices composant l’IDH: Espérance de vie (en bleu), PNB par habitant (en rouge), éducation (en beige). L’IDH est représenté en vert.

L’éducation, parent pauvre du développement humain

C’est notamment le domaine de l’éducation qui tire l’IDH marocain vers le bas. Dans le cadre de la mise en place de son indice, le PNUD prend en compte le nombre d’années d’éducation dont bénéficie un adulte à l’âge de 25 ans. La moyenne marocaine de 5,5 ans est en dessous de la moyenne arabe ( 7 ans) et de celles de la Libye (7,3 ans) et  la Tunisie (7,2 ans).

Autre facteur impactant l’IDH du Royaume, le RNB. Celui-ci est de 7 340 dollars par an par habitant. Un chiffre bien inférieur à celui de la Tunisie (10 275 dollars) et la Libye (11 100 dollars).

C’est l’espérance de vie de la population marocaine qui, elle, tire l’IDH du Royaume vers le haut. Estimée à 76,1 ans, la moyenne marocaine est supérieure aux pays ayant des IDH situés dans le même niveau comme la Tunisie (75,9 ans) ainsi que la Libye (72,1 ans).

Le rapport du PNUD fait également état d’une différence notable entre l’IDH masculin et féminin au Maroc. Dans le rapport 2018, l’IDH  féminin marocain était de 0,598 alors que le masculin était de 0,713. Des écarts notables dans le RNB (3197 dollars par an par habitant pour les femmes contre  11 561 dollars par an par habitant pour les hommes) et dans les années d’éducation dont bénéficie un adulte de 25 ans (4,5 ans pour les femmes contre 6,5 ans pour les hommes) expliquent cette différence.

article suivant

6 août : 14 morts et 1.144 nouveaux cas en 24 heures, ​29.644 au total