Darija dans les manuels scolaires: les nouvelles explications du ministère de l'Education

Dans une mise au point publiée le 6 septembre, le département de Said Amzazi affirme que l’utilisation de la darija dans les manuels scolaires destinés a pour but de consolider les acquis des  élèves en s’inspirant d’"exemples réels".

Par

Said Amzazi donnant une déclaration à la presse en marge de la 14e session ordinaire du Conseil supérieur de l'éducation Crédit: MAP

Alors que l’Istiqlal et le PJD se sont insurgés contre l’usage de mots en darija dans les nouveaux manuels scolaires destinés aux élèves des écoles primaires, le ministère de l’Education a publié, dans la soirée du 6 septembre, une mise au point pour détailler sa position sur ce sujet.  Il y affirme que  la commission d’évaluation, composée de spécialistes en didactique des manuels scolaires, n’a constaté « aucun motif pédagogique qui empêcherait l’usage de noms issus du dialecte marocain dans des textes de lecture fonctionnels ».

Le département de Said Amzazi indique également que l’introduction de ces expressions en darija s’inscrit dans le cadre de la vision stratégique 2015-2030  prévoyant  « que l’école doit être un vecteur et un outil de transfert de la culture, tout en insistant sur le rôle fonctionnel des langues adoptées, notamment en matières de consécration de l’identité et d’ouverture sur le monde ». Le ministère de l’Education insiste aussi sur le fait que l’introduction de la darija dans les manuels scolaires doit leur permettre de toucher les « différents champ linguistiques » des élèves « tout en les consolidant par des exemples réels tirés du milieu dans lequel ils vivent ».

Le ministère de l’Education a également réagi à la diffusion d’une  photo montrant les mots « baghrir » (les crêpes marocaines), « briouates » (nems marocains) et « Ghriyba » (gâteau marocain traditionnel) utilisés dans un manuel scolaire.   Une utilisation justifiée par leur présence dans un texte décrivant « un baptême, à l’occasion duquel les membres de la famille sont vêtus d’habits traditionnels et dégustent des gâteaux marocains ».

Dans une précédente communication, publiée le 4 septembre, le ministère de l’Education nationale expliquait avoir opté pour l’utilisation d’expressions en dialecte marocain dans les nouvelles éditions des manuels scolaires du cycle primaire à « des fins purement pédagogiques ».

article suivant

“Notre marche est la lecture”, Abdelkader Retnani, président de l’Union professionnelle des éditeurs du Maroc