Après plus d'un an de silence, al-Baghdadi appelle Daech à poursuivre le jihad

Après plus d'un an de silence, al-Baghdadi appelle Daech à poursuivre le jihad

Abou Bakr al-Baghdadi, le chef du groupe Etat islamique (EI), rompt son silence après plus d'un an. Dans une vidéo de 54 minutes diffusée le 22 août sur Telegram par des comptes pro-EI, il appelle ses partisans à poursuivre le jihad.

Par

Dans un message, diffusé à l’occasion de l’Aïd al-Adha, le « calife » auto-proclamé de l’EI appelle ses partisans à « frapper pour terroriser », exhortant ainsi ses partisans en Occident à mener des attaques à l’explosif ou à l’arme blanche « sur leurs terres ». Cet enregistrement est diffusé alors que l’EI est acculé en Syrie et a été chassé de tous les centres urbains d’Irak après avoir contrôlé de vastes territoires dans ces deux pays. Cette sortie d’Abou Bakr al-Baghdadi intervient au lendemain d’une attaque terroriste en Afghanistan.

« Ceux qui oublient leur religion, la patience, le jihad contre leurs ennemis et leur certitude dans la promesse du Créateur s’effondrent et tombent. Ceux qui s’y tiennent sont fiers et victorieux même après un certain temps », y affirme Abou Bakr al-Baghdadi dans ce message de propagande. Dans cet enregistrement, il affirme également que « l’Etat du califat se maintiendra si Dieu le veut (…), fera triompher la religion, combattra ses ennemis ».

Avant sa sortie de son silence médiatique, Abou Bakr al-Baghdadi appelait déjà ses combattants qui enregistraient défaite sur défaite en Syrie et en Irak à « résister » face à leurs ennemis, notamment après la perte de la « capitale » autoproclamée de l’EI en Irak, Mossoul. C’est à Mossoul, deuxième ville d’Irak, que le « calife » a fait sa seule apparition publique connue, en juillet 2014, à la mosquée al-Nouri, détruite depuis.

Aujourd’hui le chef de l’EI sollicite ses partisans dans plusieurs pays arabes, en Asie et en Afrique, où différents groupes radicaux lui ont prêté allégeance. Dans la vidéo il revendique en outre la fusillade survenue fin juillet à Toronto, au Canada, dont l’EI a déjà dit être responsable, mais au sujet de laquelle la police locale s’est montrée circonspecte.

Toujours en vie ?

Abou Bakr al-Baghdadi, donné mort à plusieurs reprises, serait donc encore vivant et se trouverait en territoire syrien, le long de la frontière avec l’Irak, selon des responsables irakiens. En juin 2017, la Russie avait dit l’avoir probablement tué dans un raid de son aviation près de Raqa, l’ex-capitale du groupe, en Syrie. Selon Moscou, le raid avait eu lieu fin mai. La Russie avait ensuite souligné qu’elle continuait de vérifier s’il était bien mort.

Trois mois plus tard, un haut responsable militaire américain avait affirmé que le chef de l’EI était sans doute encore en vie et se cachait probablement dans la vallée de l’Euphrate, dans l’est de la Syrie.

article suivant

Casablanca Finance City : clap de fin pour le régime fiscal préférentiel

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.