La liste des races de chiens "dangereux" interdits par le gouvernement

Les ministères de l’Intérieur et de l’Agriculture ont listé six races de chien dont l’élevage, l’adoption, ou la revente est passible d’une peine allant de deux à six mois de prison ainsi que d’une amende pouvant aller jusqu’à 20.000 dirhams.

Par

Pixabay

Dans le Bulletin officiel publié le 6 août, figure une décision des  ministères de l’Intérieur et de l’Agriculture complétant la loi relative à l’élevage et l’importation de chiens dangereux.

La mesure concerne six races de chiens dont l’acquisition, l’importation ou encore l’élevage sont punis par des peines de prison pouvant aller de «deux à six mois» et d’une amende «de  5.000 à 20.000 dirhams». Sont désormais interdits le staffordshire bull terrier, l’américain staffordshire bull terrier, le pitbull, le mastiff, le boerboel ou encore le tosa inu.

Si certaines de ses espèces sont pourtant adaptées à la vie de famille, le gouvernement définit un chien dangereux comme «tout chien qui de par sa race ou sa morphologie est caractérisé par une férocité dangereuse pour l’être humain». A noter que le texte est entré en vigueur suite sa publication au Bulletin officiel.

article suivant

Le gouvernement suspend l'organisation des festivals et des manifestations culturelles