CIRDI : Qui est l'arbitre italienne désignée par le Maroc dans le cadre du litige avec la Samir ?

Le 14 mars dernier, l’actionnaire majoritaire de la SAMIR, cheikh Al Amoudi a porté l'affaire l'opposant à l'Etat marocain devant le CIRDI, instance d'arbitrage de la Banque Mondiale. Le 17 juillet, le Maroc a désigné l'avocate italienne Loretta Malintoppi pour arbitrer cette affaire.

Par

L'avocate Loretta Malintoppi, lors d'une audience de la Cour internationale de justice. Crédit: AFP

Sur la page de l’affaire qui oppose Corral Morocco Holdings AB et le Royaume du Maroc, une mise à jour datant du 17 juillet signale que l’avocate italienne Loretta Malintoppi a accepté sa désignation en tant qu’arbitre par le Maroc.

Titulaire d’un master de droit du Law Center de l’Université de Georgetown à Washington, Loretta Malintoppi est la  fille d’un professeur renommé de droit international. Elle a été admise au barreau de Paris en 1993, et au barreau de Rome en 1987. Elle est aussi enregistrée pour exercer en tant qu’avocate étrangère à Singapour, depuis 2013.

L’avocate italienne siège comme arbitre dans diverses instances d’arbitrages comme le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI), la Cour d’arbitrage international de Londres (LCIA), le Centre international d’arbitrage de Singapour (SIAC), la Chambre internationale d’arbitrage de Dubai (DIAC) et la Chambre d’arbitrage de Milan (CAM).

Les affaires sur lesquelles elle intervient concernent généralement les différends découlant d’une variété de transactions internationales, notamment la privatisation des entreprises industrielles, les concessions pétrolières et gazières, les projets d’infrastructure, entre autres.

Auprès du CIRDI, elle a notamment arbitré le litige opposant le Vénézuéla à l’entreprise néerlandaise Longreef Investments. Le différend concernait des investissements dans la production de café (affaire en cours). En 2016, elle a arbitré un litige opposant l’Espagne à l’entreprise allemande BayWa r.e. Asset Holding dans le cadre d’une affaire de production d’énergie renouvelable.

Depuis janvier 2017, Loretta Malintoppi est avocate auprès du cabinet 39 Essex Chambers, basé à Londres et à Singapour. Elle intervient également dans des différends interétatiques devant la Cour internationale de justice et dans des arbitrages interétatiques ad hoc. Elle a représenté, entre 2000 et 2009, l’Italie au sein de la Cour internationale d’arbitrage. Une institution dont elle a été la vice-présidente de 2009 à 2015. L’avocate a également signé deux ouvrages consacrés, notamment, à la protection des investissements.

Dans l’affaire de la SAMIR le Maroc sera défendu par le cabinet Naciri & Associés Allen & Overy, appartenant à l’avocat Hicham Naciri.