Najim Bensami: “Zafzafi a transformé le Hirak en moyen de chantage au nom de revendications ambiguës”

Au lendemain des verdicts, le procureur général près la Cour d’appel de Casablanca revient sur le déroulé du procès, répond aux accusations de “procès politique”, et expose la logique derrière la poursuite de Nasser Zafzafi et ses compagnons pour “atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat”. Interview.

Par

Najib Bensami. Crédit: AICPRESS

Quels sont les éléments matériels qui justifient les poursuites pour “atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat ?”

Outre les centaines de manifestations non autorisées, la région d’Al Hoceïma a connu des actes de violence qui ont été perpétrés par les militants du Hirak eux-mêmes. Le bilan de ces violences est lourd : plus de 600 policiers blessés, des bâtiments incendiés, des véhicules des forces de l’ordre détruits… Les événements du 26 mars à Imzouren, lors desquels une résidence de police a été mise à feu, en constituent le meilleur exemple. Lorsqu’on attaque des agents d’autorité, dont la mission est de veiller au respect de l’ordre public et à la sécurité des citoyens, on met en péril la sûreté intérieure de l’Etat. Ajoutez à cela les liens établis entre les leaders du Hirak,…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés

Rejoignez la communauté TelQuel
Vous devez être enregistré pour commenter. Si vous avez un compte, identifiez-vous

Si vous n'avez pas de compte, cliquez ici pour le créer