La BAD accorde un crédit de près d'un milliard de dirhams à la BCP

Le Conseil d'administration du Groupe de la Banque africaine de développement a approuvé, le 27 juin, une ligne de crédit de 100 millions d’euros au profit de la Banque centrale populaire du Maroc.

Par

Le Conseil d’administration du groupe de la Banque africaine de développement a donné le feu vert, le 27 juin, pour l’attribution d’une ligne de crédit de 100 millions d’euros à la Banque centrale populaire du Maroc.

Selon la BAD, cette facilité « va permettre à la BCP de renforcer ses activités de financement des entreprises dans les secteurs de l’agriculture, de l’éducation, de la santé et des infrastructures en Afrique de l’Ouest, principalement en Côte d’Ivoire, en Guinée, au Mali et au Sénégal ».

La ligne de crédit « contribuera concrètement à améliorer la compétitivité économique des pays concernés, à générer des recettes publiques et d’exportation et à créer des opportunités d’emploi, notamment dans les secteurs à forte intensité de main-d’œuvre comme l’agriculture »,  peut-on lire dans le communiqué. Avant d’ajouter : « Cette ligne de crédit favorise, en outre, l’intégration régionale et le développement des échanges commerciaux ».

« Notre partenariat avec la Banque centrale populaire va permettre d’appuyer la dynamique de coopération Sud-Sud portée par le Maroc », déclare Mohamed El Azizi, directeur général de la Banque africaine de développement pour la région Afrique du Nord. « Ce mécanisme va servir de levier pour renforcer les capacités de production et doper la croissance en Afrique de l’Ouest, à travers le financement du développement du secteur privé », précise Leila Mokaddem, la responsable-pays de la Banque au Maroc. L’opération « répond à deux des cinq grandes priorités » de la Banque africaine de développement, a savoir « nourrir l’Afrique et industrialiser l’Afrique ».

La coopération s’intensifie donc entre la BCP et la BAD. Pour rappel, les deux institutions avait signé, en mai, un accord de participation aux risques d’un montant de 100 millions de dollars. Un accord visant déjà à répondre à la demande croissante des marchés africains en matière de financement du commerce extérieur.

article suivant

Soupçonné de corruption, l’ancien roi d’Espagne Juan Carlos s’exile