Le PPS demande plus d'"audace" et de "sérieux" de la part du gouvernement

La situation générale du pays n'a rien de rassurant. C'est le diagnostic du PPS qui demande plus d'"audace" et de "sérieux" et  à un "nouveau et fort souffle démocratique" dans un communiqué diffusé par la direction de la formation.

Par

De g.à droite: Souhail, Othmani, Benabdellah et Naciri Crédit : Tniouni

Tout en étant partie prenante dans la majorité gouvernementale, le PPS n’hésite pas à lancer des pavés dans la mare pour pointer les dysfonctionnements et avancer des pistes de travail. Réuni le 12 juin, le Bureau politique des camarades de Nabil Benabdallah font leur diagnostic de la situation générale du pays. Et il n’est pas tendre pour le gouvernement. »La situation générale de notre pays n’est pas rassurante« , lit-on dans le communiqué diffusé après cette réunion où le PPS a qualifié de « véritable cacophonie » la manière dont le gouvernement a réagi au boycott.

Le PPS appelle ainsi les composantes de la majorité à éviter les « futiles surenchères » et à faire preuve d' »audace » et de « sérieux » en assumant ses responsabilités face aux expressions politiques et sociales émanant de divers milieux sociaux. Il faut « un nouveau et fort souffle démocratique sur la voie de la réforme« , suggère le PPS qui estime que c’est l’une des manières de redonner espoir et confiance aux citoyens. Pour les camarades de Benabdallah, le projet de loi de finances  2019 doit faire office de rupture avec les précédentes orientations socio-économiques prônées par le gouvernement et constitue une occasion de répondre favorablement aux « revendications légitimes des citoyens ».

à lire aussi

Vers un débat au Conseil du gouvernement 

Le communiqué du PPS aura-t-il des suites ? « Bien sûr que oui. Après l’Aid, nous allons susciter un débat en conseil de gouvernement et présenter une série d’initiatives« , répond Karim Taj, membre de la direction du parti qui estime que « Le Maroc ne peut plus continuer comme ça ».

« Nous savons qu’il y a un marasme au sein de la coalition gouvernementale, mais il est temps pour tout le monde de se ressaisir« , ajoute notre interlocuteur qui explique que le PPS a déjà une bonne ébauche de sa vision du modèle de développement qui sied au royaume. « Il faut aussi aller à la rencontre des citoyens, faire un effort d’explication et surtout d’écoute« , conclut Karim Taj.

 

 

 

article suivant

De Berkane à Hambourg, le parcours (très particulier) de Aziz Bouhaddouz

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.