14 personnes poursuivies pour "coups et blessures" après l'agression de Safi

Cette action judiciaire intervient moins d'une semaine après l'annonce, vendredi, par le procureur général du roi à la cour d'appel de Safi de l'ouverture d'une enquête par la gendarmerie de cette ville.

Par

Capture YouTube

Nouveau rebondissement dans l’affaire de l’agression de Safi. Le parquet du tribunal de première instance de la ville annonce ce lundi 4 juin des poursuites contre 14 personnes impliquées dans l’agression d’une jeune femme et d’un homme par un groupe masqué, dans le douar Oulad Mhaya.

La vidéo de l’agression a été mise en ligne sur YouTube le 30 mai, et largement partagée depuis sur les réseaux sociaux.

Treize des assaillants sont poursuivis en état d’arrestation pour « coups et blessures« , « vol« , et « dégradation de biens d’autrui« , d’après une source judiciaire. Le quatorzième est poursuivi en état de liberté pour ces mêmes griefs.

Cette action judiciaire intervient trois jours après l’annonce, vendredi, par le procureur général du roi à la cour d’appel de Safi de l’ouverture d’une enquête par la gendarmerie royale de cette ville.

Une source proche du dossier a affirmé à Telquel Arabi que les services régionaux de la gendarmerie royale ont, avec la contribution de l’Etat-major de la gendarmerie à Rabat, d’abord mis la main sur sept suspects. La même source ajoute que les sept autres se sont ensuite rendus au poste de la gendarmerie à Oulad Sehaim (province de Safi).

La même source a ajouté que les deux victimes ont avoué, lors de leur déposition chez les enquêteurs, entretenir « une relation », affirmant toutefois qu’ils ne commettaient aucun acte de nature à porter atteinte aux mœurs publiques au moment de l’agression. Contrairement à ce qui a été annoncé par certains médias, ils n’ont pas été poursuivis pour adultère et fornication, et ont été relâchés après avoir été entendus par les agents de la gendarmerie.

à lire aussi

article suivant

Jair Bolsonaro contracte le coronavirus, les États-Unis divorcent de l’OMS