PPS. Nabil Benabdallah, le phénix

Donné pour mort politiquement après le séisme d'octobre 2017, il a été reconduit par ses camarades à la tête du parti pour un troisième mandat. Une capacité à rebondir qui est sa marque de fabrique.

Par

Nabil Benabdallah a été reconduit à la tête du PPS, avec 371 voix. Son challenger, Saïd 
El Fekkak, n'en a obtenu que 92. Crédit: TNIOUNI/TELQUEL

Trouvez-moi un boulot avec vous. On ne sait jamais par les temps qui courent.” C’est ainsi que Nabil Benabdallah s’adressait, sur le ton de la plaisanterie, à l’un de nos journalistes, à la veille du 10e congrès du PPS qui a démarré le 11 mai. Dans la nuit du 12 au 13 mai, il est élu à une écrasante majorité des voix des membres du comité central: 371 suffrages, alors que son challenger, Saïd El Fekkak, n’a pu récolter que 92 voix. Du coup, il n’aura pas à chercher à s’occuper. “Comme toujours, malgré ses anciennes activités, il sera un secrétaire général à temps plein”, nous affirme l’un de ses proches à la direction du parti du livre. Pourtant, et surtout depuis octobre dernier quand il a été débarqué du ministère de l’Habitat sur ordre de Mohammed VI, les salonnards rbatis et casablancais le donnaient…

article suivant

Des mesures préventives à Tanger-Assilah et à Fès à partir de mercredi à 20h