PPS. Nabil Benabdallah, le phénix

Donné pour mort politiquement après le séisme d'octobre 2017, il a été reconduit par ses camarades à la tête du parti pour un troisième mandat. Une capacité à rebondir qui est sa marque de fabrique.

Par

Nabil Benabdallah a été reconduit à la tête du PPS, avec 371 voix. Son challenger, Saïd 
El Fekkak, n'en a obtenu que 92. Crédit: TNIOUNI/TELQUEL

Trouvez-moi un boulot avec vous. On ne sait jamais par les temps qui courent.” C’est ainsi que Nabil Benabdallah s’adressait, sur le ton de la plaisanterie, à l’un de nos journalistes, à la veille du 10e congrès du PPS qui a démarré le 11 mai. Dans la nuit du 12 au 13 mai, il est élu à une écrasante majorité des voix des membres du comité central: 371 suffrages, alors que son challenger, Saïd El Fekkak, n’a pu récolter que 92 voix. Du coup, il n’aura pas à chercher à s’occuper. “Comme toujours, malgré ses anciennes activités, il sera un secrétaire général à temps plein”, nous affirme l’un de ses proches à la direction du parti du livre. Pourtant, et surtout depuis octobre dernier quand il a été débarqué du ministère de l’Habitat sur ordre de Mohammed VI, les salonnards rbatis et casablancais le donnaient…

article suivant

L'annonce de certaines mesures dernièrement ne signifie guère la levée de l’état d’urgence sanitaire (Laftit)