Rupture des relations Maroc-Iran: Ce que l'on sait

Rupture des relations Maroc-Iran: Ce que l'on sait

Le ministre des Affaires étrangères marocain Nasser Bourita a affirmé qu’il disposait de preuves de la fourniture d’armes au Polisario par le mouvement libanais Hezbollah et par l’intermédiaire d’un diplomate iranien basé à Alger.

Par

Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères, et Nasser Bourita, ministre marocain des Affaires étrangères. Crédit: AFP PHOTO / ATTA KENARE et Rachid Tniouni / TelQuel

A l’occasion d’une conférence de presse tenue ce lundi 1er mai, le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a confirmé la rupture des relations diplomatiques entre le Maroc et l’Iran.

Le diplomate s’exprimait à son retour d’une visite à Téhéran lors de laquelle il a « rencontré le ministre des Affaires étrangères iranien Javad Zarif pour l’informer de la décision du Royaume du Maroc de rompre ses relations avec l’Iran, » rapporte l’agence l’agence de presse amrocaine MAP.

Le ministre marocain a annoncé que « l’ambassadeur de Sa Majesté à Téhéran a quitté l’Iran aujourd’hui » et que le chef de la délégation iranienne au Maroc sera reçu dans les prochaines heures à Rabat « pour lui demander de quitter le territoire national immédiatement ».

Nasser Bourita a également insisté sur le fait que cette décision était une réponse aux agissements iraniens vis-à-vis du Polisario à travers le Hezbollah. Il a affirmé disposer « de preuves et de noms » concernant le soutien du mouvement chiite au Polisario, indique l’agence MAP.

Parmi les preuves évoquées par le ministre, des informations selon lesquelles un diplomate à l’ambassade d’Iran en Algérie a facilité des rencontres entre des responsables du Polisario et du Hezbollah, rapporte l’agence de presse turque Anadolu.

Le diplomate a également affirmé disposer de preuves confirmant « le soutien militaire du Hezbollah au Polisario, » indique la même source.

Une « première livraison d’armes a été récemment fournie au Polisario » via un « élément » à l’ambassade iranienne à Alger, a affirmé Nasser Bourita selon l’agence de presse française AFP.

La relation entre le mouvement chiite et le mouvement séparatiste remonte à novembre 2016 selon le ministre. « Une commission de soutien aux sahraouis a été formée au Liban avec le soutien du Hezbollah, et lors de cette même année un responsable du mouvement chiite a visité Tindouf, » a révélé le diplomate selon l’agence de presse turque. Nasser Bourita a également indiqué que le Maroc a auparavant « arrêté un certain nombre de personnes » impliquées dans « cette relation qui menace le pays ».

Lors d’une interview accordée à Al Jazeera à l’issue de cette conférence de presse, le ministre des Affaires étrangères a déclaré: « Ce que fait le Hezbollah à Tindouf avec la bénédiction de l’Iran est un danger pour les citoyens marocains ».

à lire aussi

article suivant

Cepsa et Derhem Holding lancent leurs stations-service pour 1,3 milliard de dirhams

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.