Vincent Landel: “La liberté religieuse est souhaitable au Maroc”

Vincent Landel: “La liberté religieuse est souhaitable au Maroc”

Le 10 mars, Monseigneur Vincent Landel a officiellement confié les clés de l’archevêché de Rabat à son successeur Cristóbal López Romero. Il revient sur ses dix-sept ans à la tête de l’Église du Maroc, évoquant l’évolution du rapport entre les confessions et la métamorphose de sa communauté, marquée par l’arrivée de dizaines de milliers de chrétiens subsahariens.

Par

Après 17 ans à la tête de l’archevêché de Rabat, Monseigneur Vincent Landel (à d.) a officiellement passé le flambeau au père espagnol Cristóbal López Romero (au centre) le 10 mars. Crédit: TNIOUNI

Le 10 mars, Monseigneur Vincent Landel a officiellement confié les clés de l’archevêché de Rabat à son successeur Cristóbal López Romero. Il revient sur ses dix-sept ans à la tête de l’Église du Maroc, évoquant l’évolution du rapport entre les confessions et la métamorphose de sa communauté, marquée par l’arrivée de dizaines de milliers de chrétiens subsahariens.

 

“Désolé, j’ai déjà enlevé toutes les affaires de mon bureau. On va se mettre là”, s’excuse le Père Landel, en poussant la porte d’une pièce au mobilier spartiate. C’est à peine si un crucifix vient rompre la monochromie des murs immaculés. Entre deux rendez-vous et une tournée d’au revoir aux différentes communautés du royaume, le religieux nous reçoit au siège de l’archevêché de Rabat, attenant à l’Institut français. Pendant une heure, ce fils de géologue, né à Meknès, approfondit l’analyse d’une voix précise, posée, exhumant tantôt les souvenirs de son enfance, tantôt ceux des années de plomb ou de la période actuelle — qu’il a toutes trois vécues au Maroc. L’intonation se veut aussi bien paternelle, quand il raconte le lien quasi filial qu’il entretient avec “ses” étudiants subsahariens, que ferme lorsqu’il s’agit d’évoquer la loi, sa foi ou ses...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Amine Radi : une affaire de violences policières qui divise

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.