Objectif : bancariser les marocains

Grâce à un cadre législatif assoupli, les filiales de banques 
et sociétés de transfert de fonds vont bientôt pouvoir ouvrir 
des comptes et délivrer des moyens de paiement à leurs clients. 
Une façon de capter les 30% de Marocains qui échappent 
encore au système bancaire.

Par

Wafacash compte parmi les cinq établissements agréés par Bank Al Maghrib, aux côtés de Naps, CashPlus, Maymouna Services et M2T. Crédit: Toumi

Selon les derniers chiffres du cabinet McKinsey, le Maroc possède le 4e secteur bancaire le plus développé d’Afrique. Un chiffre qui ne dit pas tout puisque le royaume peine encore à bancariser toute sa population. Ainsi, selon Bank Al-Maghrib, 30% de Marocains n’auraient toujours pas accès aux services bancaires. Il s’agit principalement de personnes résidant dans des zones enclavées, qui opèrent dans l’économie informelle ou perçoivent de faibles revenus. Dans un souci d’inclusion financière, la banque centrale a donc introduit le concept d’établissements de paiement (EP). Ce sont des structures habilitées à ouvrir des comptes et à délivrer des moyens de paiement électroniques, le tout sous conditions. “Le régulateur tente de rallier les populations qui ne sont pas attirées par les banques. Ce qui limitera par ricochet la circulation du cash. Grâce à un cadre…

article suivant

L'artiste marocain Abdeladim Chennaoui n'est plus