Les comptes d’apothicaires d’Elalamy et de Lahlimi

Quand Moulay Hafid Elalamy défend le bilan chiffré de son Plan d'accélération industrielle, le Haut commissaire au plan défend l'utilité de son institution, qui avance des données moins optimistes. La guerre des chiffres aura bien lieu.

Par

“Vous souvenez-vous du plan que j’ai martelé partout, 500 000 emplois, et dont tout le monde souriait ?” Le ton du ministre de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy, est au défi lorsqu’il présente, le 22 mars à Rabat, un bilan à mi-parcours de son Plan d’accélération industrielle (PAI). Doté d’un budget de 20 milliards de dirhams entre 2014 et 2020, il est censé faire passer la part de l’industrie de 14 à 23% du PIB, mais surtout créer 500 000 emplois. Ainsi, MHE revendique la création brute de 288 126 emplois entre 2014 et 2017, basée sur des données collectées par le ministère auprès des entreprises, et croisées avec celles de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS) et de la Direction générale des impôts (DGI). “Je vous donne des chiffres, je vous défie de venir les contredire”, toise Moulay Hafid Elalamy, sachant pertinemment…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés

Rejoignez la communauté TelQuel
Vous devez être enregistré pour commenter. Si vous avez un compte, identifiez-vous

Si vous n'avez pas de compte, cliquez ici pour le créer