Gengis Khan plus Twitter

Trotski disait de Staline que c’était “Gengis Khan plus le téléphone.” Il visait à travers cette description burlesque le caractère monstrueux du régime qui s’installait en URSS : un mélange de barbarie “asiatique” et de dernier cri technologique. Chaque nouveau médium a son régime dictatorial ou aliénant de prédilection : la radio eut Mussolini, la télévision Berlusconi, et on peut à juste titre se demander si les nouveaux réseaux sociaux ne sont pas en train d’installer Trump en figure emblématique. Le président américain incarne la pathologie médiatique nouvelle. Son usage compulsif des nouveaux médias a déjà fait de lui une figure inquiétante et instable. Et les fuites qui entourent ses déclarations intempestives rajoutent à la confusion, entre “pays de merde” et pseudo-déclarations de guerre nucléaire.

Mais, en réalité, le plus inquiétant n’est pas tant Donald Trump, ce.

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés

Rejoignez la communauté TelQuel
Vous devez être enregistré pour commenter. Si vous avez un compte, identifiez-vous

Si vous n'avez pas de compte, cliquez ici pour le créer