Nicolas Sarkozy, invité-surprise du Crans Montana 2018 à Dakhla

L'ancien président français était présent à Dakhla, ce vendredi, pour assister au lancement du forum, qui se tient jusqu'au 20 mars sous le thème "L'Afrique et la Coopération Sud-Sud".

Par

Nicolas Sarkozy à Crans Montana Crédit: DR

Arrivé en retard ce vendredi au palais des congrès de Dakhla, Nicolas Sarkozy, ancien président de la République française, est l’une des têtes d’affiche de l’édition 2018 du Forum Crans Montana, consacré au développement et la coopération en Afrique.

Lors d’une séance questions-réponses, il a insisté sur les liens d’amitié qu’il entretient avec le Maroc. « L’amitié, ce ne sont pas des mots ni des discours, mais des faits. Et, ma présence ici est un fait« , a lancé d’emblée l’ancien président français, dont la présence dans les provinces du sud est tout un symbole. Il a notamment souligné lors de son intervention que « l’échec de l’Afrique sera le drame de l’Europe. Son succès sera la survie de l’Europe« .

L’ex-chef d’Etat s’est exprimé en outre sur le sujet de l’immigration. « Il n’y a aucun sens de parler d’une immigration zéro. Le besoin de bouger, de partir, ce n’est pas seulement un choix économique ou politique, c’est dans nos gènes« , a affirmé Nicolas Sarkozy, précisant que « c’est depuis l’Afrique que les hommes ont conquis le monde« .

Sarkozy a aussi abordé l’actualité du Moyen-Orient, en particulier celle de la Syrie. « La question, ce n’est pas que la démocratie. C’est la diversité. Ce qui veut dire que les sunnites, les chiites, les chrétiens et les juifs doivent vivre ensemble« , a-t-il expliqué.

Pour l’ancien président français, le Maroc est un modèle dans ce sens. Et de rappeler qu' »en plein printemps arabe, le roi a changé la constitution« . Une décision qui, selon lui, « nécessite beaucoup de courage« .

D’autres personnalités politiques des quatre coins du monde participent à cet évènement qui a pour ambition de faire de la ville qui l’abrite un labo de réflexion pour le développement du continent africain. Parmi ces personnalités figurent Mustapha Cissé Lo, président du parlement de la CEDEAO, Michell Martelly, ancien président de la République de Haïti, Myint Swe, vice-président du Myanmar, le révérend américain et militant des droits de l’homme Jesse Jackson, la ministre des Affaires intérieures de la Zambie Grace Njapau, ainsi que le roi des Zoulous.

Les invités du Forum ont été accueillis par un message qui leur a été adressé par le roi Mohammed VI. Ce message, appelant à plus de coopération entre les pays du continent, a été lu par Yenja Khettat, président de la région Dakhla Oued-Eddahab. Egalement présent à la première activité officielle du forum, Saad Eddine El Othmani était accompagné par Aziz Rebbah (ministre de l’Énergie), Abdelouafi Laftit (ministre de l’Intérieur), Anas Doukkali (ministre de la Santé) et Mouhcine Jazouli (ministre délégué à la Coopération africaine).

article suivant

Fin de la gestion déléguée : dernier inventaire avant liquidation d’un modèle vieux de trente ans