Procès du Hirak : une audience marquée par une polémique sur une photo de résistants

Ce vendredi, l'audience des détenus du Hirak à Casablanca a été marquée par une polémique autour d'une photo représentant Abdelkrim Khattabi, présentée comme pièce à conviction.

Par

La Cour d'appel de Casablanca. Crédit : DR

Si Nasser Zafzafi dort depuis 9 mois derrière les barreaux de sa cellule à la prison d’Oukacha, cela ne l’a pas empêché d’offrir des roses aux femmes présentes dans la salle 7 de la Cour d’appel de Casablanca, où son procès et celui de 53 autres détenus du Hirak se poursuivait en cette matinée du vendredi 9 mars, au lendemain de la Journée internationale des droits des femmes. Ce même jour, Bader Boulahajal était le 41e détenu du Hirak à comparaître devant le juge de la chambre criminelle de cette même cour.

Musicien et leader du groupe « Agraf », il est poursuivi pour « participation à un complot contre la sûreté de l’Etat« . Un crime passible de 5 à 20 ans de réclusion. Devant le juge et un auditoire peu nombreux composé d’une poignée de journalistes et de quelques membres des familles des détenus, visiblement las de la redondance des audiences, Bader Boulahajal doit, à l’instar de ses prédécesseurs à la barre, s’expliquer sur des photos publiées sur Facebook.

Alors que l’ennui commençait à s’installer au sein de l’audience, une photo a provoqué une vive polémique entre avocats de la défense et procureur. On y voit l’accusé et son groupe sur scène, jouant du « bendir » [percussion, NDLR], brandissant des portraits de leaders de la résistance marocaine, entre autres, Abdelkrim El Khattabi, Moha Ouhammou Zayani et Assou Oubaslam.

Étonné, Bader Boulahajal n’a pas caché son incompréhension quant à sa confrontation à une « photo normale d’un groupe musical qui ne fait que se produire devant ses fans« . Fait suffisamment rare pour être signalé, le procureur a demandé l’élimination de la photo du dossier, puisqu’elle ne « concerne en rien les faits pour lesquels l’accusé est poursuivi« .

Pourtant, l’avocat de la défense Me Mohamed Aghnaj s’y est tout de même opposé, estimant que le cliché « prouve l’innocence de son client« , affirmant qu’il possède également « une série de preuves à décharge, que la Cour a refusé d’incorporer au dossier« .

Depuis le box des accusés, le journaliste Hamid El Mahdaoui a hurlé à « l’injustice » et dénoncé un « procès de l’Histoire et des symboles de la Nation« , avant de se faire naturellement expulser par le juge. Pendant que les autres détenus se retiraient de la salle en soutien à El Mahdaoui, le représentant du parquet a regretté un « comportement n’ayant pour but que d’exercer une pression sur la cour« .

article suivant

Maroc-Portugal : le président Marcelo Rebelo de Sousa assistera au match

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.