Laftit plaide pour une politique sécuritaire arabe unifiée contre Daech

Abdelouafi Laftit (MAP Archives)

Intervenant lors du 35e Conseil des ministres arabes de l’Intérieur ce mercredi à Alger, Abdelouafi Laftit a exposé la stratégie marocaine face à la menace terroriste.

Abdelouafi Laftit a estimé qu’étant donné l’évolution de la situation sur le terrain, les nouvelles formes de menace terroriste imposent aux pays arabes de nouveaux défis. De retour dans leur pays d’origine après avoir acquis une certaine expérience militaire, les combattants des organisations extrémistes disposent de moyens sophistiqués pour se déplacer entre les frontières nationales, a-t-il souligné.

Le ministre a relevé « le besoin urgent » d’enclencher une coopération et une politique sécuritaire arabe unifiée. Le Conseil des ministres arabes de l’Intérieur permet ainsi d’évaluer et d’élaborer les politiques sécuritaires dans les pays arabes, afin de les adapter aux modes opératoires évolutifs  des organisations terroristes et criminelles.

Le ministre de l’Intérieur a souligné que cette session intervient dans un contexte international caractérisé par la recrudescence des menaces terroristes dans diverses régions du monde, faisant remarquer que les pays arabes restent toujours sous le coup de ces dangers et défis. Il a estimé que le monde arabe vit aujourd’hui un moment charnière dans sa guerre contre le terrorisme. Malgré les résultats obtenus pour limiter l’expansion territoriale de l’organisation de l’État islamique en Irak et au Levant, le groupe terroriste continue à exploiter la situation sécuritaire fragile dans certaines zones, constituant toujours la première menace pour les États arabes.

Abdelouafi Laftit a relevé que le Sahel est devenu l’une des régions les plus visées par cette menace, avec la présence d’une des plus dangereuses organisations affiliées à « Daech », en l’occurrence « l’État islamique dans le Sahara ». Cette dernière continue à conclure des alliances avec d’autres groupes d’Al-Qaida, tel le « Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans », auteur des attaques qui ont frappé le Burkina Faso vendredi dernier.

Lire aussi : Burkina : une trentaine de morts dans les attaques à Ouagadougou

Le ministre de l’Intérieur a souligné la disposition du Maroc à mettre son expérience en matière de lutte antiterroriste au profit des pays arabes, affirmant qu’aucune nation ne peut prétendre combattre seule le phénomène du terrorisme et le crime transfrontalier.

Le Royaume a ainsi signé 40 accords de coopération bilatérale, a fait valoir le ministre, misant surtout sur un partenariat sud-sud avec les pays africains, « prolongement géographique de la région arabe ».

Laftit a ajouté que le Maroc, de par sa position géostratégique, a été amené à développer sa stratégie sécuritaire, notamment en ce qui concerne la lutte contre l’émigration clandestine, le trafic de drogue et leur combinaison avec le crime organisé et transfrontalier. Le ministre a mis en avant les deux opérations de régularisation de sans-papiers initiées à partir de 2014, de même que le « programme de retour volontaire » mis en place pour les raccompagner dans leurs pays d’origine.

Lire aussi : Régularisation des migrants : où en est la deuxième campagne ?

(avec MAP)

article suivant

Maroc-Portugal : le président Marcelo Rebelo de Sousa assistera au match

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.