Vidéo : Les conditions de vie inhumaines d'un centre pour migrants mineurs à Mélilia

La Sexta, chaine d'information espagnole, a diffusé mardi soir des images montrant des centaines de mineurs dormant à même le sol dans un centre pour migrants mineurs à Mélilia.

Par

Des mineurs qui dorment sur le sol dans l’entrée d’un centre d’accueil pour mineurs étrangers non accompagnés à Mélilia. C’est les images qui ont été diffusées hier sur la chaine espagnole La Sexta. Les pensionnaires du centre de la Purísima y témoignent des conditions dans lesquelles ils vivent.

Cette ancienne caserne militaire est adaptée pour accueillir en moyenne 170 mineurs. Pourtant, plus de 500 jeunes y sont logés en ce moment, explique José Enrique Monrosi, le journaliste de La Sexta qui a eu accès au centre.

Deux mineurs par lit pour les plus chanceux, les autres dorment à même le sol, parfois sur des matelas. Les migrants qui vivent là assurent qu’au moment d’aller dormir, il est très difficile de se déplacer dans le centre, tellement il y a des gens allongés à même le sol.

Un mineur guinéen de 15 ans qui a quitté son pays à l’âge de 13 ans dans le but de se rendre en Europe pour y poursuivre des études témoigne : « je dors dans une chambre avec 7 ou 8 autres personnes, on n’a pas de vêtements, très peu de nourriture, et l’eau des douches est froide« .

Dénonçant cette situation, le parti Izquierda Unida a réclamé une enquête sur ce centre qui bénéficie d’un financement de cinq millions d’euros par an selon un membre de la formation politique intervenant dans le reportage.  La situation dans ces lieux interpelle d’autant que deux mineurs ont récemment trouvé la mort dans les centres de migrants de Mélilia, selon La Sexta.

Plusieurs jours après avoir demandé des explications au gouvernement de Mélilia, le journaliste José Enrique Monrosi, sans réponse, décide d’interpeller Daniel Ventura, conseiller du bien-être social de Mélilia et responsable du centre la Purísma. L’homme refuse toute interview.

Dans la vidéo, on peut voir le journaliste courir après la voiture dans laquelle se trouve Ventura. A travers la fenêtre, le journaliste demande « vous n’avez pas 20 secondes pour répondre à une question ? »  Mais la voiture continue son chemin, ignorant complètement le journaliste.

En janvier 2018, Daniel Ventura avait déclaré que « des mineurs meurent, mais je ne recevrais pas leurs parents. Ils n’avaient qu’à chercher leurs enfants, pas leurs cadavres« . L’homme, qui n’avait pas pris le temps de répondre au journaliste a réagi sur Twitter, après la diffusion du reportage sur la chaîne espagnole.

« Je n’avais pas 20 secondes, car cela n’aurait servi à rien. Ils ont l’habitude de relater l’information la plus catastrophique possible. Qu’il y a beaucoup de mineurs, 500 dans ce centre, nous l’avions déjà annoncé à plusieurs reprises. Je vous assure qu’ils y sont bien pris en charge. Ou alors seraient-ils mieux dans des grottes et terrains vagues ?« 

article suivant

Interdit de colloque, les explications de Nourredine Ayouch

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.