La majorité enfin d'accord sur une solution au problème de retraite des parlementaires

Les membres de la coalition gouvernementale ont finalement trouvé un accord concernant les modalités de la retraite des parlementaires. C'est ce qu'a révélé Nabil Benabdellah, sur les ondes de la radio nationale.

Par

Crédit : Tniouni

Il n’y a plus aucun désaccord entre les membres de la majorité gouvernementale autour de la problématique de la retraite des parlementaires”, a déclaré Nabil Benabdellah, le secrétaire général du PPS, lors de son passage dans une émission sur les ondes de la radio nationale, le 23 février.

En effet, « il a été décidé d’augmenter l’âge de la retraite à 65 ans, et d’augmenter également la cotisation mensuelle des parlementaires. Cette dernière a été fixée à 3400 DH par mois”, a détaillé l’ancien ministre. Cette décision “ne va rien coûter à l’Etat”, a-t-il ajouté.

La problématique de la retraite des parlementaires était un point de désaccord entre le PJD et ses alliés au sein de la majorité. Au moment où l’équipe parlementaire du PJD avait déposé une proposition de loi pour supprimer la retraite des élus, quatre autres équipes, appartenant à la coalition, avaient déposé également une proposition concurrente pour augmenter la cotisation mensuelle à 3400 au lieu de 2900 dirhams, soit une hausse de 500 dirhams.

La proposition des quatre équipes parlementaires a prévu de fixer la retraite des parlementaires à 700 DH au titre de chaque année législative complète. En d’autres termes, tout parlementaire ayant passé 5 ans au parlement percevra une somme de 3500 DH, une fois à la retraite. Désormais, selon les termes du nouvel accord, l’âge de la retraite est fixé à 65 ans. Auparavant, l’âge de la retraite des parlementaires n’était pas fixé par la loi.

Par ailleurs, la caisse nationale de retraites et d’assurances avait annoncé son incapacité à verser les retraites des parlementaires à cause de l’assèchement des liquidités. Le chef du gouvernement, Saad-Eddine El Othmani, avait renoncé à injecter de la liquidité dans la caisse par de l’argent public, arguant que ce n’est pas la meilleure solution de la renflouer.

article suivant

Le beau-frère du roi Felipe VI incarcéré

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.