Le patient opéré pour une canette dans le rectum accusé d'avoir "fourni des indications mensongères"

L'homme qui avait une canette coincée dans le rectum est accusé d'avoir "fourni des indications mensongères", selon l'avocat Hamid Krayri, membre de la section locale de l'AMDH.

Par

Crédit : Yassine Toumi

L’homme qui s’est fait extraire une canette de son rectum sous les commentaires moqueurs du staff d’un l’hôpital comparaissait lundi devant le procureur du roi près au tribunal de première instance de Kenitra, nous apprend Hamid Krayri, avocat et membre de la section locale de l’Association marocaine des droits humains (AMDH).

Il est accusé d’avoir « fourni des indications mensongères« , selon la même source. L’avocat infirme la thèse de l' »homosexualité » avancée par le quotidien Assabah dans son édition du 13 février.

Dans un premier temps et juste après l’incident qui aurait eu lieu le 30 janvier selon le journal arabophone, l’homme aurait déclaré « avoir été violé par trois inconnus au niveau de la forêt de Mehdia« .

L’équipe de l’hôpital régional El Idrissi a alors alerté les autorités, et la police judiciaire a ouvert une enquête. « La police s’est alors rendu compte que l’histoire racontée par la victime n’était pas conforme à la réalité. Dans la foulée, il a été arrêté et il a expliqué que personne ne lui a inséré la canette dans son rectum, d’où l’accusation« , nous raconte maitre Krayri.

« Ce qui est intrigant, c’est que jusqu’à aujourd’hui le personnel de l’hôpital impliqué dans l’enregistrement et la diffusion de la vidéo n’a fait l’objet d’aucune enquête« , s’étonne notre interlocuteur.

Pour sa part, le journal Assabah affirme que la police judiciaire ouvrira « probablement » une enquête avec les personnes impliquées dans l’affaire « afin de déterminer la responsabilité de chacun après que la vidéo ait transformé la vie de la victime en enfer« .

La diffusion le 3 février de la vidéo polémique et moqueuse mettant en scène la victime qui avait une canette de soda coincée dans le rectum avait suscité l’indignation de l’opinion publique et de la société civile.

Citant l’enquête, Assabah affirme que l’opération a été réalisée « par le chef de service de chirurgie de l’hôpital ainsi que trois infirmiers« .  D’après la même source, « un médecin a filmé la scène« , et l’a ensuite envoyée à une consœur à Salé.

El Houssine Maouni, président du Conseil national de l’Ordre des médecins a affirmé qu’une enquête a été ouverte et que les praticiens impliqués seront sanctionnés. Mustapha Ramid a déclaré à Telquel Arabi que « le fait de filmer cette intervention chirurgicale et de la rendre publique, et les moqueries des médecins sont des actes infâmes et contraires à l’éthique de la profession« .

article suivant

Un premier suspect arrêté dans l'affaire des viols présumés sur les saisonnières marocaines

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.