Un film américain tourné au Maroc provoque la colère des Libanais

Beirut, film américain tourné au Maroc, a suscité l'ire des internautes libanais, qui lui reprochent "de ne pas montrer la réalité libanaise".

Par

Alors que sa sortie est prévue pour le mois d’avril, Beirut, dernière oeuvre du réalisateur américain Brad Anderson (The Machinist, 2005), a déclenché une vague de colère parmi les internautes libanais, qui l’accusent « de porter atteinte à l’image de la capitale et de ne pas montrer la réalité libanaise », selon le quotidien libanais L’Orient-Le Jour. L’opinion libanaise estime par ailleurs que le film véhicule des stéréotypes négatifs sur les Arabes, et qu’il aurait dû être tourné au Liban plutôt qu’au Maroc.

Le film raconte les aventures d’un diplomate américain, de retour au Liban en 1982 pour sauver un ami kidnappé par un groupe islamiste. La première du film devrait être projetée le 13 avril lors du Sundance Film Festival, à l’occasion du 43e anniversaire du début de la guerre civile libanaise (13 avril 1975).

La polémique a pris une telle ampleur que Ghattas Khoury, le ministre libanais de la Culture, y a réagi en personne à travers un communiqué, dans lequel il dénonce les irrégularités historiques du long-métrage. « Normalement, lorsqu’un auteur ou un réalisateur veut faire un film, il se documente sur le lieu et l’histoire afin que le film soit véridique. Le réalisateur Brad Anderson nous a surpris (par son manque de documentation sur l’histoire du pays) et notre ville glorieuse (Beyrouth, NDLR) a été défigurée de façon injuste dans son film« , a déclaré le ministre libanais.

Selon une source proche contactée par L’Orient-Le Jour, le ministère a contacté un avocat américain pour se renseigner sur la possibilité de lancer une procédure légale pour demander le changement du titre du film à l’international. « L’avocat a affirmé au ministère que cela n’était pas possible du fait qu’il s’agissait d’une œuvre de fiction« , poursuit le quotidien beyrouthin.

article suivant

Après le départ de Haite, une autre entreprise chinoise serait intéressée

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.