Retrait de la nationalité aux juifs marocains : La décision du PAM renvoyée aux calendes grecques

Le Bureau politique du PAM a tenu jeudi une réunion où la question polémique du projet de loi de retrait de la nationalité aux Marocains juifs résidant  dans les colonies en Cisjordanie n’a pas été à l’ordre du jour. La question est loin d'être tranchée au sein de la formation au tracteur.

Par

La réunion du Bureau politique du PAM, jeudi 11 janvier à Rabat

La proposition de loi polémique de retrait de la nationalité aux Marocains juifs résidant dans les colonies israéliennes n’a pas été discutée lors de la dernière réunion du bureau politique du PAM (Parti authenticité et modernité), nous assure le porte-parole du parti ainsi qu’un membre du bureau politique présent lors de la réunion organisée au siège de la formation à Rabat.

Cette proposition polémique reste en cours de discussion, mais n’est pas prête d’être tranchée, nous assure-t-on.

Plusieurs membres dirigeants du PAM avaient assuré à Telquel.ma que la décision de présenter ou d’abandonner cette initiative, vivement contestée par la communauté juive du Maroc, allait être tranchée lors de cette rencontre.

Lire aussi : Retrait de la nationalité aux juifs marocains : Serge Berdugo dénonce une « aberration »

Lire aussi : Le PAM s’apprête-t-il à renoncer à sa proposition de retirer la nationalité aux juifs marocains des colonies ?

 

«  Cela fait toujours l’objet d’un débat qui doit mûrir et évoluer au sein de l’appareil du parti  », nous indique Khalid Adnoune, porte-parole du PAM.  «  C’est une ancienne proposition parmi tant d’autres, toujours sous forme de draft mais qui a refait surface dans un contexte particulier  » décrit-il, en référence à la récente visite du dirigeant du Hamas Khaled Mechaâl.

Et d’ajouter que le «  PAM est adepte des réflexions profondes sur différents sujets ». Celle-ci en l’occurrence, «  n’a nullement pour but de stigmatiser les Marocains de confession juive mais plutôt de faire pression sur les forces d’occupation pour qu’elle reculent sur un bon nombre de ses décisions mais aussi sur celles prises par le président américain « . Une référence cette fois-ci à l’intention de Donald Trump de déplacer l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem.

Ibtissam Azzaoui, membre du Bureau politique du PAM, et députée à la Chambre des représentants va plus loin, estimant que son parti n’a pas l’intention de présenter une telle loi à l’assemblée. « Ce point n’a pas été débattu hier. Il faut bien clarifier les choses : le PAM n’a déposé à ce jour aucune proposition de loi de ce genre à la Commission de justice et de législation du parlement ». Plus encore, l’élue précise qu’« aucune réunion formelle, ni au niveau du Bureau politique ni au niveau du groupe parlementaire n’a été tenue pour en débattre ».

Une ancienne proposition comme expliquait le porte-parole du parti du tracteur ? Elle l’est d’après Ibtissam Azzaoui qui nous donne certains éléments de contexte assez méconnues : « l’origine de cette proposition n’est pas la dernière visite de l’ex chef du Hamas Khaled Mechaâl. Sa venue au siège du PAM a été l’occasion de rappeler une proposition émise par les autorités palestiniennes en 2015  » rappelle-t-elle.

article suivant

Quand le Maroc battait le Portugal (3-1) en 1986...

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.