"Couscous Rocket" et deux autres Marocains participeront aux JO d’hiver

Porte-drapeau du Maroc aux JO de Vancouver (2010), Samir Azzimani est surnommé "Couscous Rocket" en référence aux "Rasta Rockett", les célèbres bobsleighers jamaïcains qui avaient inspiré un film au début des années 1990 (crédit: Leon Neal/AFP)

La liste est tombée. Trois Lions de l’Atlas ont décroché leur ticket pour réaliser leur rêve olympique, du 9 au 25 février à Pyeongchang, en Corée du Sud. Revue d’effectif de cette délégation marocaine atypique.

Avant même le début de la compétition, le premier représentant rouge et vert est déjà entré dans l’histoire. À 40 ans, Samir Azzimani va effectivement devenir le premier sportif de l’histoire à participer à deux Jeux olympiques (JO) d’hiver dans deux disciplines différentes.

En 2010, celui que l’on surnomme « Couscous Rocket » avait terminé le slalom olympique de Vancouver à la 44e place. S’en était suivie une longue traversée du désert, au sens propre comme au figuré. Blessé, désargenté, il avait dû abandonner la course aux JO de Sotchi. Le natif de Levallois-Perret (banlieue parisienne) s’était alors lancé un défi : traverser le Maroc du nord au sud (1.700km) en ski à roulettes. Une préparation foncière qui lui a permis de changer sa morphologie – l’endurance primant désormais sur l’explosivité – et réaliser ce qu’aucun autre athlète n’a réussi avant lui : se qualifier pour les JO en ski nordique, après y avoir pris part en ski alpin – deux spécialités complètement opposées.

Les deux autres porte-drapeaux du Royaume sont frères. L’aîné, Adam Lamhamedi, a déjà été champion olympique… de la Jeunesse. C’était à Innsbruck, en 2012. Depuis, le skieur maroco-canadien de 22 ans a glané pas moins de 51 médailles, dont 22 chez les séniors (la plupart dans le championnat universitaire de l’Est canadien). À Pyeongchang, il vivra déjà son deuxième rendez-vous olympique. Il y a quatre ans, à Sotchi (Russie), il s’était classé 47e du slalom géant, à seulement 18 printemps.

Son benjamin de deux années, Sami, l’accompagnait à l’époque en tant que doublure, prêt à le remplacer en cas de blessure. Cette fois-ci, l’actuel 489e mondial prendra bel et bien le départ du slalom, dans l’objectif essentiellement d’emmagasiner de l’expérience. En six participations au Grand cirque blanc, le Maroc n’a jamais réalisé mieux qu’une 41e place, lors des JO de Calgary (1988).

article suivant

En conflit avec ses pilotes, la RAM annonce l’annulation de 10 vols

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.