Seisme politique : Mohammed VI limoge Hassad, Benabdellah, Bencheikh, Louardi...

Mohammed VI a relevé de leurs fonctions Mohamed Hassad, Mohamed Nabil Benabdellah, Al Houcine Louardi et Larbi Bencheikh.

Par

Crédit : DR

Le séisme politique promis par Mohammed VI a bien eu lieu. Le roi, qui a reçu ce mardi des mains du président de la Cour des comptes le rapport sur les failles de gestion du projet « Hoceima Manarat Al Moutawassit », a décidé de relever de leurs fonctions plusieurs ministres. L’annonce a été officialisée par un communiqué du cabinet royal. Il s’agit de :

– Mohamed Hassad, actuel ministre de l’Éducation et ministre de l’Intérieur dans le gouvernement précédent

– Mohamed Nabil Benabdellah, ministre de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire

– Houcine El Ouardi, ministre de la Santé

– Larbi Bencheikh, secrétaire d’État chargé de la formation professionnelle et ancien directeur de l’OFPPT

Le roi a également décidé de relever de ses fonctions Ali Fassi Fihri, le patron de l’ONEE.

Par ailleurs, le souverain a également exprimé son « mécontentement » à l’égard d’anciens responsables gouvernementaux, et ce pour ne pas avoir été à la hauteur de la confiance placée en eux. De plus, « aucune responsabilité officielle ne leur sera confiée à l’avenir ». Il s’agit de :

-Rachid Belmokhtar, ancien ministre de l’Éducation nationale ;

-Lahcen Sekkouri, ancien ministre des Sports ;

-Hakima El Haité, ancienne secrétaire d’État à l’Énergie ;

-Lahcen Haddad, ancien ministre du tourisme

-Amine Sbihi, ancien ministre de la Culture

Suite à ces décisions, le roi a demandé au chef du gouvernement de lui soumettre de nouvelles propositions de noms pour occuper les postes devenus vacants.

Dans son rapport, le premier président de la Cour des comptes indique que son enquête a révélé « un ensemble de déséquilibres » durant la précédente législature. Le document précise également que « plusieurs secteurs ministériels et institutions publiques » n’ont pas respecté leurs engagements pour permettre de mener à bien les projets.

Selon le premier président de la Cour des comptes, les explications fournies par ces départements ne « justifient pas le retard » de la mise en œuvre du programme Al Hoceima Manarat Al Moutawassit. Le rapport élaboré par l’institution de Driss Jettou précise néanmoins qu’ « aucun cas de fraude ou de détournement de fonds » n’a été constaté.

Il indique toutefois qu’en termes de gouvernance, la Commission centrale chargée du suivi de ce projet de développement ne s’est réunie qu’en février 2017 soit plus d’un an après la signature de la Convention initiant le programme de développement de la province d’Al Hoceima. La Cour des comptes relève également que certains départements ont « transféré le solde de leurs contributions financières » à l’Agence de développement du Nord.

article suivant

Horst Kohler en tournée dans la région à partir du 23 juin

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.