Le Maroc plaide pour une augmentation du capital de la Banque mondiale

Pour Lahcen Daoudi, ministre délégué chargé des Affaires générales, une augmentation de capital de l’institution de Bretton Woods permettrait d’éviter un « tarissement » de  leurs finances.

Par

Lahcen Daoudi, ministres des Affaires générales et de la gouvernance

Le ministre délégué chargé des Affaires générales, Lahcen Daoudi, a plaidé le 14 octobre pour une augmentation du capital du Groupe de la Banque Mondiale (GBM) afin de lui permettre de mettre en oeuvre sa “Vision d’avenir”. Pour le ministre le renforcement des capacités financières de la BM et de ses filiales, la Banque internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD) et de la Société financière internationale (SFI), permettrait d’éviter un « tarissement » de leurs finances qui compromettrait leurs « capacités de contributions au financement du développement ».

Le ministre chargé des Affaires générales intervenait au nom du groupe G7 regroupant également l’Algérie, la Tunisie, le Ghana, l’Iran, le Pakistan et l’Afghanistan. Le programme « Vision d’Avenir » défendu par Lahcen Daoudi vise à soutenir le programme de développement à l’horizon 2030 pour accompagner les pays membres en matière de transformation économique, de progrès technologique et de croissance inclusive.

Cette séance du Comité de développement de la Banque mondiale a lieu dans le cadre des réunions d’automne du GBM et du Fonds monétaire international qui se tiennent depuis le 9 octobre à Washington. En plus de Lahcen Daoudi,  des responsables du ministère de l’Economie et le wali de Bank Al Maghrib, Abdellatif Jouahri, ont pris part à ces réunions.