La Suède renonce à construire des abris pour les jeunes demandeurs d’asile qui retournent au Maroc

L'Allemagne, partenaire à la base, a décidé de se retirer de ce projet dont la finalité était d'inciter les demandeurs d'asile en Suède à revenir au Maroc.

Par

Crédit: DR
Crédit: DR

Il y a six mois, le ministre suédois de l’Intérieur, Anders Ygeman, annonçait que la Suède et l’Allemagne allaient investir ensemble dans la construction de centres pour les jeunes au Maroc. Le but : accueillir des migrants marocains dont les demandes d’asile ont été refusées en Suède et en Allemagne, mais qui restent dans les deux pays. Ces derniers y vivent souvent dans des conditions déplorables, dans les rues, et sombrent souvent dans la toxicomanie ou le crime, selon la télévision publique suédoise citée par l’agence de presse chinoise Xinhua

L’idée derrière ces centres de jeunesse était de fournir un toit et des soins aux jeunes migrants dans leur pays d’origine. Pourtant, six mois après l’annonce de cette initiative, « il semble qu’elle ait échoué », assure l’agence chinoise.

« L’Allemagne n’est plus intéressée« , a déclaré le ministre suédois de la Justice et des Affaires intérieures Morgan Johansson. « Il n’est alors plus possible de porter le projet, qui a été mis en stand-by« , poursuit-il.

Selon Johansson, le gouvernement suédois a essayé d’autres approches comme de parler directement aux autorités marocaines. Il affirme que le Maroc a consenti à accepter plus de retours que par le passé. « Bien qu’il n’y ait pas de maisons pour jeunes, nous sommes toujours heureux que de plus en plus rentrent maintenant au Maroc », continue Johansson.

Lire aussi : Suède : à la rencontre des mineurs marocains demandeurs d’asile

Des statistiques ont été publiées par les autorités suédoises qui montrent que sur les 18 derniers mois, 441 Marocains sont partis de Suède, 178 vers le Maroc et 253 vers d’autres pays européens. S’ils sont âgés de 18 à 30 ans pour la plupart, les migrants sont en fait plus âgés que ce qu’ils déclarent selon Per Lofvenberg, de la police suédoise des frontières. Selon les autorités suédoises, entre 500 et 800 Marocains se trouvent encore en Suède de manière illégale.
article suivant

Ce que gagnent les intermédiaires sur le prix de la sardine (rapport)

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.