Contrairement à l'Istiqlal, le PJD a bien reçu la subvention publique annuelle

Alors que l'Istiqlal a été privé de la subvention publique accordée aux partis politiques en raison de retards sur l'organisation de son congrès national, le PJD - qui n'a pas non plus tenu son congrès - a bien reçu le financement de l'État.

Par

Crédit : Yassine Toumi / TELQUEL

Lundi, le quotidien Al Akhbar annonçait que les partis de l’Istiqlal et celui de la Justice et du Développement avaient été privés de subvention publique de la part du ministère de l’Intérieur. En cause, les retards accusés par les deux partis dans l’organisation de leurs congrès nationaux respectifs.

Le PJD dément cette information sur son site web. Saïd Abouljihad, chef du département des finances et de la comptabilité du parti à la lampe, déclare que le « trésorier du parti, Abdelkader Amara, a nié l’information et a affirmé que le parti avait bien reçu la subvention publique pour le compte de l’année 2017« .

De son côté, l’Istiqlal n’a pas bénéficié du financemet public, nous avait confirmé le porte-parole de la formation Adil Benhamza. Et pour cause, l’article 49 de la loi organique relative aux partis politiques dispose que « tout parti politique doit réunir son congrès national au moins une fois tous les quatre ans. En cas de non-réunion dudit congrès pendant cette période, le parti politique perd son droit au financement public« .

article suivant

La liste des 23 d'Hervé Renard, qu'en pensent les spécialistes du ballon rond ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.