100 jeunes veulent faire bouger l'administration et les politiques après le discours royal

Un groupement d’associatifs a lancé un manifeste en vue de sensibiliser administrations et politiques à "l’importance des jeunes" dans le domaine civique.

Par

Crédit: DR

Dans l’après-midi du 9 août, l’agence de presse MAP relayait un manifeste attribué à un groupe de 100 jeunes Marocains souhaitant « contribuer à la dynamique déclenchée par le discours que Sa Majesté le roi Mohammed VI a prononcé à l’occasion de la Fête du trône« . Un discours à l’issue duquel le collectif s’est senti « pleinement concerné » par les propos du roi.

Âgés de 16 à 39 ans, les auteurs de l’initiative sont tous issus du milieu associatif. « Nous avions l’habitude de débattre de l’actualité, des événements politiques et des discours royaux à travers un groupe Facebook« ,  nous explique l’un d’eux, Mounir Aznail, président de l’association « Marock Jeunes ».

Les propos du souverain sur les administrations et les partis politiques ont particulièrement retenu l’attention du collectif. « Nous nous sommes reconnus parce qu’en tant qu’associations lorsque nous nous lançons dans des démarches administratives nous faisons souvent face à un blocage des personnes de l’administration qui nous disent que nous sommes trop jeunes« , affirme Aznail.

« Nous souhaitons également dénoncer l’implication de certains partis politiques qui contraignent de jeunes membres d’associations à rejoindre des partis politiques en vue d’obtenir des financements auxquels ils ont pourtant droit« , ajoute Idriss El Fatih Hadef, président de l’association « Passagers », basée à Oujda.

Comment ces jeunes se sont-ils rassemblés ? « C’est Ahmed Ghayat, président de l’association « Marocains pluriels »,  qui a assuré notre coordination et s’est assuré que nous puissions relayer notre message« , déclare affirme Mounir Aznail. Les associations « Divers’ Cité » En’Vie participent à cette initiative .

Le manifeste propose également de lancer des actions concrètes pour sensibiliser les autorités à « l’importance de la jeunesse pour le Maroc« , mais pour le moment aucune action n’a été effectuée dans ce sens. « Pour l’instant, les associations impliquées dans cette démarche ont entamé une réflexion autour des actions à mener en interne. Nous devrions nous rassembler par la suite pour établir une feuille de route« , nous explique Idriss El Fatih Hadef.

À terme, le collectif souhaite organiser « un grand rassemblement des jeunes« , puis  des rencontres avec des responsables de l’administration et des politiques. En attendant, un groupe a été créé sur Facebook. Il comptait une vingtaine de membres à l’écriture de ces lignes.

article suivant

Une proposition de loi du PPS pour améliorer la situation des diplômés chômeurs en 2019

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.