Mohamed Aujjar: "Le PJD gouverne pendant cinq jours et fait de l'opposition le week-end"

Le ministre RNI de la Justice dénonce le "double discours" du PJD. Mohamed Aujjar assure que de son côté, le parti à la colombe fait preuve de "clarté " et de "fidélité".

Par

Mohamed Aujjar, ministre de la Justice. Crédit: Tniouni/ TelQuel

Le ministre de la Justice était, le 25 juillet, l’invité de l’émission « Dayf Al Aoula », diffusée sur la première chaine. Un passage lors duquel il a notamment évoqué la gestion de son parti par le nouveau président, Aziz Akhannouch, élu au mois d’octobre dernier. « Si monsieur Akhannouch tente de transformer le parti en entreprise nous nous y opposerons. Mais aujourd’hui nous le soutenons parce qu’il mène un travail important« , a déclaré le ministre de la Justice.

« Vous serez surpris. Nous sommes la force tranquille qui monte. Le RNI sera la surprise de la prochaine saison politique« , a-t-il prédit.

https://youtu.be/7aSp9dJAxv4

Le ministre de la Justice a ensuite loué « la fidélité » et « la clarté » qui selon lui caractérisent l’action de son parti, avant de charger le PJD qu’il a accusé d’adopter « un double discours« . Le ministre est même allé jusqu’à affirmer que le parti islamiste, avec qui son parti mène la coalition gouvernementale, « gouverne pendant cinq jours et fait de l’opposition le week-end« , sans donner plus de précision.

Le cas El Mahdaoui

Lors de son passage sur « Dayf Al Aoula », Mohamed Aujjar a également pris la casquette de ministre de la Justice pour évoquer l’arrestation du directeur de publication du site Badil.info, Hamid El Mahdaoui.

D’après lui, l’arrestation du journaliste « n’a aucun rapport » avec la pratique de son métier. Aujjar a précisé qu’El Mahdaoui était « poursuivi pour des faits que la loi incrimine. Il dispose de toutes  les garanties et aura droit à un procès juste« . Le ministre a également tenu à indiquer que « le métier ne donne le droit à aucune impunité« .

Lire aussi: Portrait: Hamid El Mahdaoui, le trublion de la presse marocaine

Pour rappel, Hamid El Mahdaoui a été condamné par le tribunal de première instance à Al Hoceima à trois mois de prison ferme en plus d’une amende de 20.000 dirhams pour « incitation à commettre un délit à travers des cris et des slogans dans un lieu public ». Le journaliste a été arrêté le 20 juillet à Al Hoceima, quelques heures avant le début de la marche du Hirak interdite par la wilaya d’Al Hoceima.

Lire aussi: Reportage: ce que nous avons vu le 20 juillet à Al Hoceima

article suivant

La filiale casablancaise des cinémas Pathé Gaumont se restructure et augmente son capital