"Initiative civile pour le Rif" réclame la libération des détenus du Hirak

Dans un rapport présenté ce jeudi 15 juin, les membres du collectif en appellent à l'Etat, au nom de l'apaisement des tensions dans le Rif.

Par

Crédit Rachid Tniouini

établir la vérité sur les événements« . Pour ce faire, les membres du collectif ont rencontré des militants du Hirak, des acteurs de la société civile et des élus locaux.

« Crise de confiance », et « manque de leadership « 

Pour l’ancien président de l’Organisation marocaine des droits de l’Homme (OMDH), les événements d’Al Hoceima témoignent d’une « crise de confiance entre les citoyens d’Al Hoceima et les autorités de Rabat« . Une crise de confiance qui pourrait s’aggraver en raison de l’absence de « leadership » suite aux « multiples arrestations » de leaders du Hirak comme Nasser Zafzafi ou encore Nabil Ahamjik. « Cela rendra difficile la gestion des manifestants et risque de susciter des dérapages », affirme le coordinateur de l’initiative.

Le point de presse a également été marqué par l’intervention du président de l’association Damir, Salah El Ouadie, qui est également membre de l’Initiative. Il a notamment déclaré que les « revendications ont été élaborées dans une approche participative », et a déploré « le silence du gouvernement ». Pour lui « l’incapacité » de l’Exécutif à agir dans cette crise « nourrit des tensions dans les rues ». Des tensions qu’il impute également au « sentiment d’humiliation » existant chez les habitants d’Al Hoceima suite aux accusations de « séparatisme » dont ils ont fait l’objet.

Une rencontre avec Zafzafi

« Initiative civile pour le Rif » a également présenté une série de recommandations visant à « instaurer un climat de confiance » et « apaiser la crise« . Le collectif propose notamment « la libération des détenus » du Hirak ainsi que « lancement de chantiers répondant aux revendications » du mouvement de contestation. Les membres de l’initiative appellent également l’État à « cesser les accusations de séparatisme » à l’encontre du mouvement contestataire.

Lors de la présentation de son rapport, le collectif a également annoncé une visite le 16 juin à la prison d’Oukacha à Casablanca afin de rencontrer Nasser Zafzafi, Nabil Ahamjiq et Salima Ziani. Les membres prévoient également de rencontrer l’activiste Al Mortada Iamrachen actuellement détenu à Salé.

Plusieurs figures politiques et de la société civile étaient présentes à la présentation du rapport. Parmi elles, Lahbib Belkouch, membre du bureau politique du PAM, Abdeslam Seddiki, l’ancien ministre PPS de l’Emploi et des Affaires sociales, ou encore l’islamiste Mustapha El Moaatassim et l’activiste amazigh Mounir Kejji.

article suivant

Doléances financières des médecins privés : où en sont les négociations avec le ministère ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.