Découverte des premiers Homo sapiens : 3 questions à Abdelouahed Ben-Ncer

Des ossements d'Homo sapiens datant de 300.000 ans ont été retrouvés au Maroc, à Jbel Irhoud. Une découverte qui bouleverse l'histoire de notre espèce, reculant son origine de 100.000 ans. Abdelouahed Ben-Ncer, l’anthropologue marocain coauteur de la découverte, nous en donne les détails.

Par

Quelle est l’histoire de la découverte des ossements à Jbel Irhoud ?

Le coup d’envoi de la coopération avec l’équipe de l’Institut Max Planck de Leipzig a été donné en 2004. Tout d’abord il fallait préparer le terrain pour les fouilles, en déblayant tout ce qui empêche l’accès aux couches archéologiques, principalement des éboulements qui proviennent du sommet de la colline. En 2004 seulement nous avons sorti 200 mètres cubes de déblais.  Une fois le site « propre », et les couches archéologiques accessibles, la fouille peut commencer. En 2007, la fouille commence à porter ses premiers fruits. Nous avons trouvé un crâne, un bout de fémur et une mandibule (un os formant la mâchoire inférieure, ndlr). Ensuite, il fallait faire en sorte que les pièces restent indemnes. Le crâne a été donc plâtré et a fait l’objet d’analyses au Maroc et à l’étranger.

Quelle conclusions avez-vous tiré de ces analyses ?

Nos ancêtres ont pris un sacré coup de vieux. Les spécialistes considèrent que l’origine de l’homo sapiens remonte à 195.000 ans. Le chiffre que nous avons relevé est 300.000 ans ! Nous-mêmes avons été surpris car nous tablions sur une datation de 200.000 ans. Autre hypothèse possible : l’origine de notre espèce n’est plus seulement l’Afrique de l’est, où les ossements trouvés datent de 195.000 ans. Il ne faut pas oublier qu’à l’époque, le Sahara n’existait pas et que l’Afrique était verte, ce qui signifie que les migrations se faisaient facilement.

Pourquoi cet écart de 10 ans entre la découverte des ossements et l’annonce ?

Le processus de publication est très minutieux et si vous voulez proposer un article de qualité, vous devez consacrer du temps à l’argumentation et la vérification. La fouille également dure longtemps, car vous n’avez le droit qu’à un seul mois de fouille par an. Pour appuyer la date de 300.000 ans, nous avons eu recours à deux méthodes de datation : la datation par résonance de spin électronique et la thermoluminescence. Les deux expériences s’accordent sur la datation de 300.000 ans avec une marge de 32.000 ans. C’est ce qui fait la force de notre découverte.

article suivant

Doléances financières des médecins privés : où en sont les négociations avec le ministère ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.