El Watan sans nouvelle de son journaliste arrêté en marge d'une manifestation à Nador

La rédaction du journal Algérien Al Watan est  sans nouvelles de son reporter arrêté le 28 mai à Nador. Il était sur place pour couvrir le mouvement de protestation dans le Rif.

Par

Le reporter d'Al Watan, Djamel Alilat. © DR

La rédaction du journal algérien El Watan est toujours sans nouvelles de Djamel Alilat arrêté le 28 mai en marge d’une manifestation à Nador en soutien au mouvement de protestation dans le Rif, selon sa rédaction. « Depuis son arrestation hier,nous n’avons aucune nouvelle de notre journaliste. Il est injoignable et on commence sérieusement à s’inquiéter« , nous explique Ali Benyahia, rédacteur en chef d’El Watan, qui demande la « libération » de son collaborateur.

Selon notre confrère Le360.ma, « le prévenu a prétendu être un correspondant du journal algérien El Watan pour lequel il assurait la couverture des événements du Rif. Mais il n’a fourni ni autorisation ni accréditation du ministère de la Communication lui permettant d’exercer la fonction de journaliste au Maroc ». De plus, « il a été établi qu’il résidait chez un des activistes du Rif », d’après la même source.

« Il y a beaucoup d’intox autour de cette affaire. Notre reporter est connu et il a été envoyé pour couvrir les manifestations dans le Rif« , poursuit le rédacteur en chef du quotidien algérien. « Djamel Alilat est arrivé à Nador samedi [27 mai, NDLR]. Je ne peux pas avancer s’il résidait chez un des activistes du Rif, mais ce qui est sûr, c’est que c’est un journaliste sur le terrain qui faisait son métier. C’est tout à fait normal qu’il contacte les parties prenantes pour sa couverture« , conclut Ali Benyahia.

article suivant

Droits de douane sur le textile : avec la chute de la livre turque, retour à la case départ