A Genève, Ramid défend le bilan du Maroc en matière de droits de l’Homme

Le ministre d’Etat chargé des Droits de l’Homme, Mustapha Ramid, était à Genève, le 2 mai,  pour défendre le bilan du Maroc en matière de respect des droits humains.

Par

Mustapha Ramid a défendu l'avant-projet de loi du Code pénal. Crédit: Rachid Tniouni
Mustapha Ramid a défendu l'avant-projet de loi du Code pénal. Crédit: Rachid Tniouni

VRP du royaume à Genève, Mustapha Ramid a livré un discours dans la cité suisse, le 2 mai, devant le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU pour défendre le bilan du Maroc en matière de respect des droits humains. Le nouveau ministre des droits de l’Homme y a notamment assuré que le Maroc « réaffirme sa ferme volonté de poursuivre sa coopération et son ouverture sur tous les mécanismes des droits de l’Homme des Nations unies », rapporte l’agence MAP.

Durant son intervention, le ministre a répertorié toutes les réalisations du Maroc durant la période 2012-2016, mettant l’accent sur l’adhésion du Maroc « aux neuf principaux traités internationaux relatifs aux droits humains », dont, entre autres, la convention  internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, ou encore la ratification du Protocole facultatif à la Convention contre la torture.

Réforme de la Justice, bilan de l’INDH, nomination des membres du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire sont tout autant d’accomplissements que Mustapha Ramid a tenu à mettre en valeur. Le ministre d’Etat ne s’est pas déplacé seul à Genève puisqu’il était accompagné de représentants des ministères de l’Intérieur, des Affaires étrangères, de la Justice, de l’Economie et des finances, de l’Education nationale ou encore des représentants du ministère de la Santé et de la Culture, précise l’agence MAP.

article suivant

Loi anti-blanchiment des capitaux : l’UE attend Benabdelkader au tournant