Souad El Tayeb, directrice de Monte Carlo Daouliya: "Le fait de venir d’ailleurs n’est pas un handicap mais un enrichissement"

Souad Rahmouni El Tayeb, directrice de Monte Carlo Doualiya (MCD), a été décorée par le président français François Hollande pour son travail à la tête de la radio française arabophone. Portrait.

Par

Souad El Tayeb, directrice de Monte Carlo Doualiya, décorée par François Hollande. Crédit : MCD.

Souad Rahmouni El Tayeb, directrice de Monte Carlo Doualiya (MCD), a été décorée par le président français François Hollande pour son travail à la tête de la radio française arabophone. Portrait.

« C’est très important que Souad, la directrice de la radio, soit franco-arabe. A la radio, c’est le cas de nous tous ! », s’enthousiasme Alia Kdeih, directrice des programmes et proche collaboratrice de Souad Rahmouni El Tayeb, arrivée à la tête de Monte Carlo Doualiya (MCD) en 2012. La franco-marocaine a été décorée par François Hollande, président français sortant, de la médaille de Chevalier dans l’Ordre National du mérite le 25 avril. De quoi rendre hommage à son travail et son investissement dans la modernisation de la radio internationale française arabophone.

Souad Rahmouni El Tayeb a été décorée en même temps que ses homologues de RFI et France 24, qui font parti du groupe France Média Monde présidé par Marie-Christine Saragosse, elle aussi décorée. « Cet hommage que le président a rendu à notre action dans l’audiovisuel était une grande fierté« , réagit la journaliste contactée par Telquel.ma.

Entre le Maroc et la France, ses « deux amours »

Après une enfance passée à Tanger, la jeune Souad Rahmouni El Tayeb part faire ses études en France à 17 ans. « Je suis restée pour y travailler : j’ai eu un coup de foudre pour la France« , raconte celle qui a fait un master en sociologie à Paris et a obtenu un diplôme de l’Ecole supérieure de journalisme de Paris. « La France et le Maroc sont mes deux pays, mes deux amours« , nous dit-elle.

Jeune journaliste, elle a commencé dans la presse écrite pour le magazine panarabe Addawliya dans les années 90 puis pour le magazine saoudien Ashark. Entre 1994 et 2007, Souad Rahmouni El Tayeb travaille en freelance en France et collabore avec Voice of America et Radio Sawa, ainsi qu’avec la télévision du Bahreïn et la chaîne saoudienne Al Ikhbariya. Trilingue en anglais, français et arabe, elle devient directrice du service Moyen-Orient de l’agence Associated Press Television News en 1998. Quatorze ans plus tard, elle se retrouve à la tête de Monte Carlo Doualiya. « J’ai un peu touché à tout, ce qui est nécessaire quand on est journaliste », nous explique Souad Rahmouni El Tayeb.

Bouleverser la grille de MCD

« C’est une radio que je connais en tant que journaliste depuis longtemps« , raconte la journaliste qui est arrivée en 2012, au moment de la création de France Média Monde où ont été fusionnées les trois filiales, RFI, France 24 et MCD. Dans ses équipes : 70 journalistes de toutes nationalités du monde arabe et 80 correspondants, dont beaucoup sont installés dans des zones de conflit. « La première chose qu’a fait Souad, c’est de travailler à changer les programmes pour mettre davantage d’émissions en direct à l’antenne et avoir une réelle matinale sans rediffusion », explique Alia, responsable des programmes depuis 2005.

Selon François Hollande cité par la MAP, Souad Rahmouni El Tayeb a su « opérer, à la tête de cette radio, un rajeunissement des grilles et s’est investie, plus qu’il n’avait été imaginé au départ, dans le développement numérique pour se mettre en relation avec tous les auditeurs potentiels ». 

Au coeur du bouleversement de la grille, Souad Rahmouni El Tayeb a misé sur les jeunes auditeurs. « Nous avons changé nos grilles avec de nouvelles émissions pour parler le langage des jeunes et des femmes« , explique celle qui prend pour exemple le journal des réseaux sociaux. « Nous avons tiré les leçons de cette zone très connectée. Il faut aller chercher les jeunes, parler de sciences de technologie, de culture, de musique et problèmes sociétaux qui sont les mêmes au Maroc, Liban ou Arabie Saoudite« , décrit-elle. Si la radio est passée de 6,2 millions d’auditeurs à 7,3 millions entre 2012 et 2017, la directrice de la radio précise que la diffusion dans le pays en crise ne permet pas de comptabiliser l’intégralité des auditeurs. « Nous avons aussi des millions de gens qui nous suivent sur les réseaux sociaux, on est écoute sur internet comme au Maroc où la législation ne nous permet pas de diffuser« , explique Souad Rahmouni El Tayeb.

Double culture, double responsabilité

François Hollande a également rendu hommage à son engagement au lendemain des attentats perpétrés contre la rédaction de « Charlie hebdo » en janvier 2015, rappelant que les équipes de MCD avaient participé à la semaine des médias à l’école. « Vos journalistes se sont rendus en particulier là où vous savez qu’il y avait eu un certain nombre de difficultés, trop de silence et pas assez de compréhension pour que vous puissiez faire ce que vous considérez être votre travail, c’est à dire l’information, la compréhension et également la transmission« , a-t-il dit à l’adresse de la directrice de MCD. « Souad El Tayeb, vous êtes française d’origine marocaine et justement (…) de cette double nationalité, c’est ainsi que vous pouvez rendre le plus grand service à la France, et ce que vous faites à la tête de votre radio », a conclu le président français.

« C’est une directrice arabophone, et cela change tout« , confirme sa collaboratrice Alia Kdeih. « Elle connait la langue, elle sait ce qui se passe à l’antenne et elle comprend ce qu’attendent les auditeurs« , précise-t-elle alors que les directeurs précédent ne parlaient pas arabe. Une compétence essentielle, surtout au moment  des attentats terroristes qui se sont répétés en France où le monde arabe a fortement réagi et commenté.

« Nous avons la légitimité pour expliquer les choses, car nous parlons la même langue, que nos auditeurs, mais aussi que les terroristes, et connaissons leur religion« , explique Souad Rahmouni El Tayeb. « Nous avions l’impression d’avoir une double responsabilité, car nous comprenons cette région et nous nous adressons à une population qui peut se croire stigmatiser« , ajoute-t-elle en se rappelant avoir fait éclater la grille des émissions pour devenir une radio en continu. Ses journalistes, tout comme ceux de la société France Média Monde, vont désormais dans les écoles pour expliquer leur métier. « Grâce à la langue arabe et cette diversité de nos équipes, nous représentons la diversité française et nous pouvons aller à la rencontre des élèves pour ouvrir le dialogue et le débat« , explique-t-elle. « Le fait de venir d’ailleurs n’est pas un handicap, mais un enrichissement, cette double appartenance, double culture, permet de comprendre les choses avec plus d’ouverture« , conclut la directrice de la radio.

Monte Carlo Doualiya, radio internationale française arabophone

MCD est une radio internationale française en arabe qui a été créée en 1972. Diffusée de 26 émetteurs FM dans 13 pays du monde arabe, « c’est une marque forte qui a eu son heure de gloire lors de la guerre du Liban et de la guerre du Golfe quand elle était seule sur le terrain pour informer toute cette zone », se rappelle son actuelle directrice, Souad Rahmouni El Tayeb qui explique qu’elle s’est affaiblie avec l’arrivée des radios locales qui sont plus proches des auditeurs. La rédaction s’appuie sur 70 journalistes basés à Paris au siège de la société France Média Monde qui accueille RFI et France Média Monde. Ces journalistes arabophones venus de toutes les nationalités du monde arabe travaillent aussi avec un réseau de 80 correspondants sur le terrain.[/encadre]
 

article suivant

Abdelhak Khiame quitte le BCIJ : retour sur un parcours de lutte antiterroriste