Abdelkader Zair (CDT): "El Othmani est prêt à discuter du dossier des retraites"

Abdelkader Zair, secrétaire général de la CDT, dévoile les coulisses de la rencontre entre le chef du gouvernement et les syndicats.

Par

Abdelkader Zair (CDT) Crédit DR

Saad Eddine El Othmani a convié les 24 et 25 avril les cinq grandes centrales syndicales à des réunions avant le vote du programme du gouvernement ce mercredi 26 avril par la chambre des représentants à Rabat, et à quelques jours des manifestations ouvrières du 1er mai. Le secrétaire général adjoint de Noubir Amaoui à la Confédération démocratique du travail (CDT), Abdelkader Zair, présent lors de la rencontre, nous fait part de principales revendications formulées par les syndicats.

Telquel.ma: Quels sujets ont été abordés lors de votre rencontre avec le chef du gouvernement?

Abdelkader Zair: La réunion était une occasion d’échanger. El Othmani souhaitait prendre contact avec les syndicats. Nous avons saisi l’occasion pour y exposer nos revendications, les mêmes que nous défendions sous le gouvernement Benkirane. De son côté, le Chef du gouvernement ne voulait pas trancher. Il nous a toutefois promis de relancer le dialogue après le 1er mai. Nous avons accueilli à bras ouverts sa proposition.

Justement, quelles sont vos revendications? 

La première, comme vous le savez, concerne l’augmentation des salaires des fonctionnaires, qui sont gelés depuis 2006 alors que le coût de vie est désormais trois fois plus important. Le gouvernement a donc une dette envers les ouvriers qu’il doit honorer le plus tôt possible.

Nous avons également expliqué au chef du gouvernement  la nécessité de revoir la réforme des retraites.  Nous demandons même son retrait, et la mise en place d’une commission d’enquête. El Othmani nous a affirmé qu’il était prêt à discuter de la question des retraites durant les réunions prévues après la fête du Travail. Nous sommes donc à notre tour ouverts au dialogue, et nous allons réagir par la suite à la lumière des résultats des réunions, en concertation bien sûr avec les autres centrales syndicales.

Du coup, les manifestations du 1er mai seront moins virulentes que d’habitude ?

Au contraire, cette année les protestations seront encore plus fortes qu’avant. Dans le contexte actuel, il faut accentuer la pression, sinon rien ne changera, et le gouvernement persistera dans ses politiques hostiles à la classe ouvrière. Les préparatifs des manifestations sont en cours partout au Maroc.

article suivant

Premiers téléviseurs à intelligence cognitive au monde - Les téléviseurs Sony BRAVIA XR sont désormais disponibles au Maroc