C'est la guerre des communiqués à l'Istiqlal

14 opposants à Hamid Chabat au sein du Comité exécutif de l’Istiqlal se sont réunis le 4 avril. Une rencontre que le secrétaire général du parti à la balance n'a pas hésité à dénoncer.

Par et

Crédit : Rachid Tniouni

Les divisions au sein de l’Istiqlal sont de plus en plus marquées. 14 membres du Comité exécutif de l’Istiqlal opposés au secrétaire général Hamid Chabat se sont réunis au siège du parti le 4 avril. Karim Ghellab, Yasmina Baddou, Abdessamad Kayouh, Nourredine Mediane ou encore Hamdi Ould Rachid, soutiens déclarés à la candidature (toujours pas officielle) de Nizar Baraka à la succession de Chabat, ont assisté à la rencontre. À l’issue de cette réunion, le Comité exécutif du parti à la balance a publié un communiqué appelant à traduire Abdelkader Kihel et Adil Benhamza, tous deux proches du secrétaire général, devant la commission de discipline.

Hamid Chabat a répondu à travers un communiqué, dénonçant la tenue de cette réunion, et signé au nom de l’administration du parti. Selon ce communiqué, la réunion du comité exécutif ainsi que les décisions prises lors de celle-ci ne sont pas « valides« , car la rencontre s’est déroulée en l’absence du secrétaire général du parti. Le texte va jusqu’à évoquer une « violation » des statuts du parti.

Ce communiqué était le second publié par l’administration de l’Istiqlal dans la journée du 4 avril. Le premier s’apparentait à une main tendue par Hamid Chabat à ses opposants. Il annonçait ainsi la tenue d’un Conseil national extraordinaire du parti de la balance le 15 avril, avec pour ordre du jour la formation d’un nouveau conseil préparatoire du prochain congrès national du parti. Cette instance est actuellement dirigée par Abdellah Bakkali, directeur de publication d’Al Alam et proche de Hamid Chabat. Contacté par Telquel.ma, un membre du comité exécutif du parti affirme que cette décision de l’administration de l’Istiqlal constitue « une victoire » pour les opposants de Hamid Chabat qui militent actuellement pour un  changement des statuts du parti.

Ce n’est pas la première fois que les partisans et les adversaires de Hamid Chabat s’affrontent par communiqués interposés. Après les actes de vandalisme survenus le 1er avril au siège de l’Istiqlal, le groupe des 14 opposants à Hamid Chabat avait dénoncé dans un communiqué une « machination » visant à leur imputer la responsabilité de ces incidents. Ils réagissaient à la diffusion d’une vidéo par la page Facebook du parti accusant les partisans de Hamdi Ould Rachid d’être à l’origine de ces violences.

En guise de réponse, Hamid Chabat avait de son côté annoncé le report de la réunion du Comité exécutif, qui s’est finalement tenue en présence des 14 frondeurs. Le secrétaire général du parti à la balance avait dénoncé leur communiqué, estimant que ce dernier avait été diffusé « en dehors des règles et consignes du Comité exécutif du parti« .