El Othmani compose sa majorité : l’USFP entre au gouvernement  

  Le PJD a finalement accepté la participation de l’USFP au gouvernement. Une concession qui a permis à Saâdeddine El Othmani de composer une majorité confortable de 240 sièges.   Une semaine après sa nomination par le roi, Saâdeddine El Othmani est arrivé à composer une majorité parlementaire pour gouverner. Celle-ci sera composée en plus du PJD de cinq autres partis : le RNI de Aziz Akhannouch, l’UC de Mohamed Sajid, le MP de Mohaned Laenser, le PPS de Nabil Benabdellah, et l’USFP de Driss Lachgar. Les cinq chefs de parti étaient présents ce soir au siège du PJD aux côtés d’El Othmani, qui a annoncé à la presse la composition de sa majorité, qui totalise 240 sièges sur 395, dépassant largement le seuil requis des 198 sièges. Et qui pourra compter également (sauf surprise) sur le soutien de l’Istiqlal et ses 46 sièges, dont le comité exécutif a annoncé plusieurs fois qu’il soutiendrait le gouvernement qu'elle que soit sa position. Le PAM reste ainsi seul à l’opposition aux côtés de la FGD et ses deux sièges. Benkirane désavoué par ses pairs

Par

Crédit : Tniouni

 

Le PJD a finalement accepté la participation de l’USFP au gouvernement. Une concession qui a permis à Saâdeddine El Othmani de composer une majorité confortable de 240 sièges.

 

Une semaine après sa nomination par le roi, Saâdeddine El Othmani est arrivé à composer une majorité parlementaire pour gouverner. Celle-ci sera composée en plus du PJD de cinq autres partis : le RNI de Aziz Akhannouch, l’UC de Mohamed Sajid, le MP de Mohaned Laenser, le PPS de Nabil Benabdellah, et l’USFP de Driss Lachgar.

Les cinq chefs de parti étaient présents ce soir au siège du PJD aux côtés d’El Othmani, qui a annoncé à la presse la composition de sa majorité, qui totalise 240 sièges sur 395, dépassant largement le seuil requis des 198 sièges. Et qui pourra compter également (sauf surprise) sur le soutien de l’Istiqlal et ses 46 sièges, dont le comité exécutif a annoncé plusieurs fois qu’il soutiendrait le gouvernement qu’elle que soit sa position. Le PAM reste ainsi seul à l’opposition aux côtés de la FGD et ses deux sièges.

Benkirane désavoué par ses pairs

Prochaines étapes pour le nouveau chef de gouvernement : la préparation du programme gouvernemental et la répartition des portefeuilles ministériels. Deux chantiers qui démarreront dès demain selon El Othmani. « Une commission chargée de la préparation du programme gouvernemental se réunira dès demain. Les discussions sur l’architecture du gouvernement et la répartition des portefeuilles ministériels se tiendront en parallèle. Notre objectif est d’accélérer au plus vite la formation de l’exécutif pour passer au travail », déclare-t-il.

Si cet accord express obtenu par El Othmani sort le pays de la situation de blocage, il sonne toutefois comme un désaveu pour Abdelilah Benkirane qui a refusé d’accepter les conditions posées par ses partenaires, notamment celle se rapportant à la participation de l’USFP. Une condition qu’El Othmani semble avoir acceptée sous la pression du temps et des exigences du palais qui lui a fixé un délai de 15 jours pour composer l’exécutif.