À Paris aussi, on manifeste contre la hogra

Dans le cortège de la "Marche pour la justice et la dignité" contre les violences policières qui défile à Paris le 19 mars, c’est la "hogra" qui rassemble.

Par

Crédit : Abel Mestre / Twitter

L’édition 2017 intervient un mois après ce qui est devenu en France l’affaire Théo, du nom de ce jeune homme de 22 ans violemment arrêté le 2 février par quatre policiers dans son quartier d’Aulnay-Sous-Bois en région parisienne. Théo accuse les policiers de l’avoir frappé avec une matraque, proféré des insultes racistes, et violé. Le jeune homme a été hospitalisé et ses blessures, notamment une plaie anale de 10 centimètres, ont entrainé une incapacité de temporaire de travail de 60 jours. Cette affaire a choqué au-delà du quartier et entrainé des rassemblements parfois tendus dans plusieurs villes de France. De nombreuses personnalités, syndicats et associations avaient appelé à rejoindre les rangs de la manifestation.

« Urgence ! Notre police assassine en toute impunité, » scande notamment le cortège le 19 mars. Un sentiment d’injustice face à l’autorité qui porte un nom : la hogra. Le mot en darija qui signifie « mépris » s’installe en France. L’affiche du collectif organisateur appelant à manifester l’emploie d’ailleurs :

On le retrouve aussi dans le cortège, sur cette pancarte où est écrit « qui sème la hogra récolte l’intifada« .

article suivant

Hammouchi a reçu le chauffeur du triporteur agressé par un policier

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.