Al Adl Wal Ihssane : "La décision du roi n'est pas une surprise"

Pour les leaders de la Jamaâ, "depuis 2011, le régime n'avait pas  l'intention de passer à une vraie démocratie"

Par

Le secrétaire général d'Al adl wal ihsane Mohamed Abbadi

Les dirigeants d’Al Adl Wal Ihssane ne semblent pas surpris de la décision de Mohammed VI de limoger Abdelilah Benkirane et de le remplacer par une autre personnalité du PJD pour dépasser le blocage gouvernemental. « La décision du roi n’est pas une surprise, c’est la seule vérité possible« , nous déclare Hassan Bennajeh, membre du cercle du politique de la Jamaâ. « On n’a fait que répéter ce qu’on a déjà fait, et ceci n’est pas une démarche sage« , poursuit-il.

Lire aussi : Mohammed VI désignera un nouveau chef du gouvernement

« Dans l’histoire du pays, on a déjà eu des expériences similaires, avec Abderrahman El Youssoufi notamment, sous le gouvernement de l’alternance« , relève encore Hassan Bennajeh. Pour lui, « depuis 2011, il était clair qu’il n’y avait pas vraiment une intention de passer à une vraie démocratie, mais seulement des réformes de surface pour calmer la rue. La constitution de 2011 n’est en vérité pas démocratique dans le fond et la forme« .

Pour le leader de la Jamaâ, « la solution maintenant comme hier n’est pas de réformer le despotisme, car c’est une solution qui a prouvé ses limites« . Bennajah propose le ralliement à « un seul rang pour favoriser la volonté populaire« .

Même son de cloche pour Fathallah Arsalane, autre membre du cercle politique d’Al Adl Wal Ihssane. Pour ce dernier, « l’intention derrière cette décision et de prouver que le chef du gouvernement n’a aucun pouvoir, et que ceux qui ont les commandes sont en dehors des institutions démocratiques« .

Dans la soirée du 15 mars, le cabinet royal a diffusé un communiqué annonçant que le roi Mohammed VI a décidé de remplacer Abdelilah Benkirane par une autre personnalité du PJD et que le futur chef du gouvernement sera reçu par le roi incessamment. La décision du Palais survient après cinq mois d’impasse dans les tractations menées par Benkirane.

article suivant

Témoin d'un réchauffement avec la Mauritanie, Hamid Chabar rencontre le président Ould Abdelaziz   

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.