Abdellatif Ouahbi : "Je suis convaincu que Benkirane va mener le prochain gouvernement"

L'élu PAM propose une loi interdisant à une même personne d’être à la fois chef du gouvernement et de présider un parti.

Par et

Abdellatif Ouahbi, président du groupe parlementaire du PAM. Photo : DR

L’élu PAM propose une loi interdisant à une même personne d’être à la fois chef du gouvernement et de présider un parti.

« Je suis convaincu que malgré tout ce qu’on dit, Benkirane va mener le prochain gouvernement« . C’est ce qu’affirme Abdellatif Ouahbi, membre du bureau politique du Parti authenticité et modernité (PAM). L’avocat s’exprimait lors du forum de la MAP tenu à Rabat le 14 mars.

Une fois n’est pas coutume, Khalil Hachimi Idrissi, patron de la MAP, qui suivait la conférence au milieu du public, a pris la parole. Il a soulevé lors de son intervention la question du cumul des postes de chef du gouvernement et de chef de parti. Pour Abdellatih Ouahbi, cela doit être revu. « Il faut une loi interdisant à une même personne de présider un parti et d’être le chef du gouvernement« , a-t-il répondu.

L’avocat a mentionné la fameuse sortie de Benkirane au sujet de la crise syrienne, qui a failli provoquer une crise diplomatique avec la Russie. « Benkirane avait fait sa déclaration en tant que chef du gouvernement, c’est ce qui pose problème« , estime-t-il.

Lire aussi : La Russie « préoccupée » par des déclarations de Benkirane sur la Syrie

Par ailleurs, Abdellatif Ouahbi estime que la clé qui permettrait de sortir du blocage actuel est « seulement entre les mains du roi ». Il explique que c’est au souverain de donner « une explication définitive » à l’article 47 du texte constitutionnel selon lequel « le roi nomme le Chef du Gouvernement au sein du parti politique arrivé en tête des élections des membres de la Chambre des Représentants, et au vu de leurs résultats« .

Au cours de son intervention, Abdellatif Ouahbi s’est par ailleurs opposé à l’option d’élections législatives anticipées comme réponse institutionnelle à la crise actuelle. Selon lui, « on n’est pas encore dans une situation qui nécessite l’organisation d’un nouveau scrutin« .

article suivant

Pour Hassan Nasrallah, "Israël a fourni au Maroc les noms de dirigeants du Hezbollah"

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.